Ligue Europa - Lyon-Besiktas : de violents incidents gâchent la fête

  • A
  • A
Ligue Europa - Lyon-Besiktas : de violents incidents gâchent la fête
Des supporters ont envahi pendant quelques minutes la pelouse du Parc OL. @ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Le quart de finale aller de Ligue Europa a débuté avec 45 minutes de retard après des affrontements en tribunes entre supporters lyonnais et turcs. La rencontre, remportée par Lyon (2-1), s'est finalement déroulée sans heurts. 

L'ESSENTIEL

Le quart de finale aller de Ligue Europa entre Lyon et Besiktas (2-1) a débuté avec 45 minutes de retard à la suite de violents incidents en tribunes entre fans lyonnais et turcs. La pelouse du Parc OL a été envahie quelques minutes par des dizaines de spectateurs à un quart d'heure du début de la rencontre. Des violences entre des supporters turcs et les forces de l'ordre avaient déjà émaillé l'avant-match. 

La rencontre, classée à hauts risques en raison de la présence de plus de 20.000 supporters turcs, s'est finalement déroulée sans heurts et a vu l'Olympique Lyonnais battre le Besiktas sur le score de 2 buts à 1

Les infos à retenir :

- De violents incidents ont éclaté en tribunes entre supporters lyonnais et turcs. La pelouse a été envahie quelques minutes

- Le match, programmé à 21h05, a finalement débuté à 21h45. La rencontre, remportée par Lyon (2-1), s'est déroulée sans heurts

- Des violences entre des supporters turcs et les forces de l'ordre ont émaillé l'avant-match. Un stadier a été blessé

  • Le début du match retardé 45 minutes après des incidents en tribunes

Des projectiles lancés par des supporters turcs sur des supporters lyonnais. Un quart d'heure avant l'heure prévue de la rencontre, des spectateurs du Virage sud ont pénétré sur la pelouse. Selon notre journaliste présent sur place, ce sont des supporters lyonnais qui voulaient se protéger de projectiles lancés depuis les tribunes hautes, où s'étaient regroupés des supporters turcs. 

Des bagarres ont ensuite éclaté en tribunes entre fans des deux camps. Selon L'Equipe, qui revient en détails sur ces incidents dans son édition de vendredi, des Lyonnais ont chargé des supporters turcs "en mesure de rétorsion". 

Jean-Michel Aulas sur la pelouse. Le président de l'OL Jean-Michel Aulas s'est ensuite rendu sur la pelouse et a pris le micro du kop pour s'exprimer devant les supporters lyonnais, selon les images de la télévision. Les spectateurs sont ensuite progressivement revenus en tribunes et le terrain s'est finalement vidé vers 21h10. 

Conséquence de ces incidents : le début du match, programmé à 21h05, a été retardé de longues minutes. La rencontre a finalement pu débuter à 21h50 dans un climat de grosse tension. Le match, remporté par Lyon (2-1), s'est déroulé sans heurts, si ce n'est quelques pétards et quelques fumigènes. 

  • Des violences avant le match

Un stadier blessé. Des violences avaient déjà émaillé le début de soirée à l'entrée du stade lyonnais entre supporters turcs et les forces de l'ordre. Un stadier a été blessé au cours de ces affrontements.

Des supporters turcs molestés. Par ailleurs, à l'entrée du virage Nord du Parc OL, les premiers incidents entre supporters lyonnais et turcs ont éclaté vers 19h avec des jets de bombes lacrymogènes. Selon L'Equipe, des groupes de fans de l'OL ont notamment attaqué "les supporters turcs isolés qui 'osaient' chanter ou brandir trop fièrement leurs couleurs. Plusieurs individus étaient durement molestés." 

La boutique de l'OL saccagée par des Turcs. Auparavant, quelques Turcs venus d'Allemagne s'étaient rendus dans l'OL Store du stade pour acheter des billets, ce qui leur a été refusé car le match se jouait à guichets fermés. En colère, ils ont brisé deux portes vitrées du magasin et mis la boutique sens dessus dessous. Ils ont été dispersés par la sécurité sans arrestation. Plusieurs mouvements de foule ont également eu lieu et les CRS ont chargé à plusieurs reprises.

bagarres

Photo @PHILIPPE DESMAZES / AFP

  • Un match classé à haut risque 

Ce match avait pourtant été classé par les autorités au niveau de risque le plus élevé (4 sur 4) en raison de la présence attendue de plus de 20.000 supporters turcs. Ces derniers sont considérés parmi les plus bouillants d'Europe. Une frange des supporters de Lyon est également connue pour sa violence. 

Un millier d'agents, parmi lesquels des turcophones, assurait la sécurité du stade. Mais les forces de l'ordre ont été rapidement débordées par le déferlement de violence en dehors et à l'intérieur du Parc OL. 

  • Quelles conséquences pour l'OL ?

Ces graves incidents pourraient coûter cher à l'Olympique lyonnais. L'OL, organisateur du match, risque de lourdes sanctions de la part de l'UEFA. Le club rhodanien devra notamment s'expliquer sur la gestion de la billetterie, qui a été vivement critiquée par ses propres supporters sur les réseaux sociaux. Le Besiktas pourrait aussi être puni pour le comportement de ses fans.