Une joueuse de foot violemment agressée

  • A
  • A
Une joueuse de foot violemment agressée
@ MAXPPP
Partagez sur :

FOOT - Une joueuse de 17 ans a été agressée à l'issue d'un match amateur, samedi, à Paris.

"J'ai vrillé sur moi-même, ensuite elle m'a saisie par les cheveux et m'a traînée par terre. (...) Elles m'ont sauté dessus et m'ont asséné de multiples coups de pied, de poing, au visage et au corps." La scène que décrit la jeune Noor, 17 ans, dans les colonnes du Parisien s'est déroulé sur un terrain de football, à Paris, samedi après-midi, lors d'un match féminin entre Saint-Germain-en-Laye et l'équipe Seizième ES du XVIe arrondissement. Loor, qui a porté plainte, souffre d'une plaie au tibia et de blessures à l'épaule et à la main droite.

"De la violence gratuite"

"Pour des féminines, ça va un peu trop loin, c'est de la violence gratuite, nos joueuses ne méritent pas ça, car elles sont fair-play", a réagi au micro d'Europe 1 midi la présidente du club, Catherine Saladin. "Ce sont des filles qui vont à l'école, qui travaillent, il y a une bonne ambiance. Il n'y a jamais eu de problèmes avec elles."

D'après le récit qu'en fait Le Parisien, la situation a dégénéré à l'issue de la rencontre lorsque Noor, qui avait inscrit quatre des six buts de son équipe, victorieuse 6-3, a levé les bras en signe de victoire. Plusieurs joueuses de l'équipe adverse, dont la gardienne de but, l'auraient alors prise à partie, la rouant de coups. L'entraîneur des agresseuses présumées, interrogé par le quotidien, parle d'un "attroupement général dans lequel il était compliqué de savoir qui frappait qui."

L'entraîneur démissionnaire

Cet "attroupement" a en tout cas dégoûté l'entraîneur de Noor et ses coéquipières, qui a décidé de quitter son poste à la fin de la saison. "Je le comprends très bien", assure sa présidente. "Même moi, je suis dégoûtée, on fait tous en sorte pour que les filles puissent jouer dans de bonnes conditions, que ce ne soit pas comme les hommes qui se battent parfois sur les terrains. On ne voulait pas de cette image-là, et maintenant, on l'a." En France, le football féminin semble progresser dans tous les domaines. Y compris celui de la violence.