Un nul, du jeu et le Barça

  • A
  • A
Un nul, du jeu et le Barça
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Après son nul (1-1) face au Real, le Barça se qualifie pour la finale.

Après "Mou", le Barça attend MU. On tient la première moitié de l'affiche de la finale de la Ligue des champions 2009. En attendant l'éventuelle qualification de Manchester United, mercredi (20h45), face à Schalke 04, le Barça a obtenu son billet pour Wembley, 19 ans après son premier titre en C1, que les Blaugrana avaient décroché dans l'ancienne version du stade anglais. Au cours d'un match enlevé, le Barça, vainqueur 2-0 à l'aller, n'a guère tremblé, ouvrant le score par Pedro (54e) avant de se faire rejoindre au score dix minutes plus tard sur un but de Marcelo (64e). La série de quatre clasicos printaniers s'achève donc comme elle a commencé, par un match nul (1-1), mais avec bien plus de jeu et un spectacle de qualité.

Le caviar d'Iniesta pour Pedro. Après avoir inscrit les deux buts à l'aller, Lionel Messi a, cette fois, laissé la vedette à l'un des autres membres du trio "MVP", Pedro. L'attaquant espagnol eut le geste juste pour tromper Iker Casillas en début de seconde période après un caviar de son compatriote Andres Iniesta (54e). En première période, le "V" de Villa avait bien failli ouvrir le score sur une belle frappe enveloppée (34e), lors d'un véritable siège du but madrilène puisque Casillas dût également s'employer devant Messi (33e, 34e, 37e) et Pedro, déjà (35e). Le Real, lui, n'avait toujours pas adressé un seul tir...

Le match nul qualifie le Barça :

Le tournant de la 47e minute. Peu dangereux en première mi-temps malgré un engagement (sain) de tous les instants, les Madrilènes sont passés tout près du gros coup en début de seconde période. Ronaldo récupéra un ballon dans le camp barcelonais et alla défier Gérard Piqué. "CR7", victime d'une obstruction, s'affala sur la pelouse et, dans sa chute, toucha très légèrement (et involontairement) la cheville droite de Javier Mascherano, qui s'écroula à son tour. Le ballon roula jusqu'à Gonzalo Higuain, qui fit trembler les filets. Mais l'arbitre de la rencontre, le Belge De Bleeckere, avait sifflé faute... de Ronaldo. Dès la fin du match (et même avant !), la polémique faisait déjà fureur sur les sites internet des quotidiens sportifs pro-madrilènes, comme As ou Marca.

Higuain marque après le coup de sifflet :

Un clasico douché. Est-ce la pluie qui a calmé les esprits ? Toujours est-il que ce quatrième et dernier clasico s'est disputé dans un ambiance plutôt sereine, avec même quelques poignées de mains au sortir de certains contacts. Bon, Marcelo a bien profité de la pelouse mouillée pour aller chatouiller les chevilles de Messi sur un tacle glissé mais, mis à part ce duel sud-américain, il n'y a rien eu de bien méchant.

Eric Abidal, contre le Real (930x620)

© REUTERS

Abidal fêté comme un héros. "Pep" Guardiola a fait un beau cadeau de retour à Eric Abidal, en le faisant entrer en jeu dans le temps supplémentaire, mercredi. Le latéral français, opéré d'une tumeur au foie le 13 mars dernier, avait déjà eu droit à son lot d'applaudissements lorsqu'il était parti s'échauffer. Mais ce n'était rien en comparaison de l'immense ovation qui a accompagné son entrée en jeu à la place de Carles Puyol dans le temps supplémentaire. Les 95.000 spectateurs du Camp Nou ont scandé "Abi ! Abi !".

Mourinho et Benzema absents. L'un est resté à l'hôtel pour éviter d'en faire trop, l'autre aurait eu envie d'en faire plus. José Mourinho - dont l'absence sur le banc explique peut-être en partie la sérénité d'ensemble - avait choisi de se faire discret. Mais on parie qu'il finira par commenter le coup de sifflet de la 47e minute... Quant à Karim Benzema, il n'a pas joué une seconde alors que Kakà et Higuain étaient titulaires et qu'Emmanuel Adebayor est entré en deuxième période. Dommage.

Un streaker au Camp Nou (930x620)

© MAXPPP

Un intrus sur le terrain. Un streaker moustachu s'est invité lors de clasico. Juste avant le coup d'envoi de la deuxième mi-temps, cet homme, affublé d'un tee-shirt "Qatar 2022" (!), a parcouru quelques mètres avant de tenter de mettre un bonnet rouge (symbole de "catalanité") sur la tête de Ronaldo. Le Portugais a esquivé. Et l'intrus a fini plaqué par une bonne demi-douzaine de stewards.

Et maintenant ? Après cette orgie de clasicos, vous avez trois mois pour souffler. En effet, le Real ayant gagné la Coupe du Roi et le Barça, la Liga, les deux clubs vont se retrouver en Supercoupe d'Espagne, au mois d'août, en ouverture de la prochaine saison. Et en plus, c'est sur match aller-retour. Cela fera donc sept clasicos sur l'année civile 2011... N'en jetez plus !