Triaud : "à nous d'assumer"

  • A
  • A
Triaud : "à nous d'assumer"
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le président bordelais est conscient du statut de favori des siens.

LIGUE DES CHAMPIONS - Le président bordelais est conscient du statut de favori des siens. À quelques heures d'affronter l'Olympiakos Le Pirée, en Grèce, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, mardi (20h45), Jean-Louis Triaud ne se cache pas derrière son petit doigt. Oui : Bordeaux est favori de cette double confrontation. "Tout le monde est persuadé à Bordeaux que c'est un tirage plutôt favorable, qu'il y a de la place pour passer un tour supplémentaire. On est favoris, à nous d'assumer", a expliqué le président des Girondins de Bordeaux dans Europe 1 Foot. Ce statut de favori, Bordeaux en a hérité grâce à son remarquable parcours en phase de poules, avec 16 points sur 18 possibles, avec deux victoires sur le Bayern (2-1 et 0-2) et une sur la Juventus Turin (2-0). Mais Jean-Louis Triaud estime que le champion de France n'a pas encore la carrure d'un club qui fait peur. "L'Olympiakos était content du tirage également. Il pouvait tomber sur le Real, Chelsea, Manchester, des équipes qui lui paraissent sans doute beaucoup moins abordables que Bordeaux." Pour ce match aller, le président Triaud vise avant tout la "sécurité". Triaud : "à nous d'assumer" "Il faut bien jouer, il faut être concentré, appliqué, faire le meilleur résultat possible, mais ne pas oublier non plus qu'il y aura un match retour." Ce qui donne en résumé : "«sécuriser» notre match aller et terminer ça à Bordeaux". L'atmosphère surchauffée du Pirée, une équipe performante à domicile, Jean-Louis Triaud n'ignore pas les dangers qui guettent son équipe. "Il faut respecter l'adversaire mais pas le craindre". Ambitieux, Bordeaux l'est assurément dans cette Ligue des champions. Avec Lyon vainqueur du Real et Bordeaux confiant avant d'aller au Pirée, peut-on espérer voir un club français aller au bout cette année en Ligue des champions ? "Il faudrait beaucoup de confiance, ou une épidémie de varicelle ou de grippe qui reviendrait chez nos adversaires, sourit le président girondin. Il y a 90% de chances pour que le dernier carré soit trusté par les quatre plus grands budgets en Europe." Avant de chercher à créer la surprise, plus tard dans la compétition, Bordeaux va d'abord chercher à l'éviter face au Pirée.