Maradona, de Cuba à Dubai

  • A
  • A
Maradona, de Cuba à Dubai
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Cuba, le Venezuela, la Tchétchénie, Dubai. Maradona poursuit son drôle de tour du monde.

Le Maradona footballeur avait grandi en Argentine, s’était aguerri à Barcelone et avait explosé à Naples. Le Maradona retraité (ou sélectionneur) a visité des destinations un peu plus pittoresques. Ce mardi, le club Al-Wasl, à Dubai, a officialisé l'arrivée du "Pibe de Oro" sur le banc. La suite d'un parcours post-carrière totalement atypique, entre cures de désintoxication, engagement politique plus ou moins sincère et quelques poignées de dollars... Europe1.fr vous retrace quelques-uns de ses voyages les plus marquants.

Maradona et Castro (930x620)

© REUTERS

Cuba, les cures et "Fidel". S'il y a un lieu que l'on associe au Maradona du XXIe siècle, c'est bien Cuba. Dès l'an 2000, Maradona choisit d'y faire soigner son addiction à la cocaïne. Par provocation envers les Etats-Unis autant que par engagement politique, il s'affiche avec le lider maximo Fidel Castro, dont il a un portrait tatoué sur la jambe gauche. Les fameuses images d'un Maradona obèse hurlant son amour pour "Fidel" dans une piscine ont fait le tour du monde. En 2004, Diego est hospitalisé d'urgence en Argentine. Il demande à revenir immédiatement à Cuba, mais sa famille s'y oppose, préférant le garder "sous la main"...

Maradona et Chavez (930x620)

© REUTERS

Le Venezuela, la parade politique. En 2005, Maradona se rend au Venezuela avec la volonté de soutenir le président Hugo Chavez. "Je crois en Chavez, je suis un Chaviste. Tout ce que fait Fidel, tout ce que Chavez fait, pour moi, c'est le mieux qui soit", explique Maradona dans une interview au Guardian. "El Diez" invite Chavez dans son émission télévisée et s'amuse avec lui du mauvais tour joué aux Anglo-Saxons lors de la Coupe du monde 1986 lorsqu'il avait marqué de la main contre l'Angleterre. Maradona entretient sa légende d'icône révolutionnaire, ce que montre très bien le documentaire que lui a consacré Emir Kusturica en 2008. Chavez, comme Castro, ont bien compris l'avantage qu'ils pouvaient tirer à s'afficher aux côtés d'une figure comme Diego...

Maradona et Kadyrov (930x620)

© REUTERS

La Tchétchénie, les sirènes de Kadyrov. Comme d'autres joueurs brésiliens quelques semaines plus tôt, Diego Maradona a participé mercredi à un match amical à Grozny à l'invitation du président tchétchène Ramzan Kadyrov. Aux côtés de Luis Figo, Franco Baresi, Alain Boghossian et quelques autres, Diego a joué les guest-stars lors de cette rencontre de gala de deux fois... 25 minutes. Dans un sujet diffusé dimanche soir dans le Canal Football Club sur Canal+, on voit un Maradona presque aussi enrobé que le président tchétchène à bout de souffle dans les vestiaires ou en train de fumer un cigare avant de reprendre l'avion pour Genève. Diego a de quoi se lâcher un peu. Pour cette parodie de football, il aurait touché près d'un million de dollars (environ 700.000 euros), selon les informations de Canal+, et serait reparti, lui aussi, avec une belle montre…

Supporters d'Al-Wasl (930x620)

© REUTERS

Dubai, l'appel des pétrodollars. Après la Tchétchénie mercredi, Maradona a pris la direction de Dubai. C'est ce week-end qu'il a visité les installations du club Al-Wasl et donné son accord pour les deux saisons à venir. Le vice-président du club n'a pas annoncé le montant du contrat, mais il est "à la hauteur de la célébrité de la star du football". C'est sûr qu'il ne doit pas être à la hauteur des résultats de Diego au poste d'entraîneur. Après deux expériences rapides avec deux clubs argentins dans les années 1990, il a pris en mains les destinées de la sélection argentine en 2008. Son bilan : une campagne de qualification hasardeuse, une qualification au forceps et une Coupe du monde décevante, avec une humiliation en quarts de finale face à l'Allemagne (0-4). La présence de Diego Maradona "illustre la vision du club qui aspire à instaurer des normes sans précédent pour le sport", dit le club. On gage que c'est surtout le salaire de Maradona qui sera sans précédent.