Longo n'est pas encore sortie d'affaire

  • A
  • A
Longo n'est pas encore sortie d'affaire
Jeannie Longo, relaxée par la FFC, attend désormais la décision concernant son mari, Patrice Ciprelli.@ REUTERS
Partagez sur :

DOPAGE - Relaxée par la FFC, Longo doit encore faire face aux accusations contre son mari.

Jeannie Longo a échappé mardi à toute sanction de la part de la Fédération française de cyclisme (FFC). Le troisième défaut de localisation que l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) lui reprochait n'en était pas un puisque la championne française n'était pas tenue d'y répondre. Solide, cet argument devrait lui suffire pour échapper à une quelconque suspension, même si l'AFLD, vexée, pourrait être tentée de contre-attaquer.

Innocentée dans cette affaire, Longo n'en a pas pour autant fini avec l'ère des soupçons. En effet, le 16 septembre, le parquet de Grenoble, où elle réside, a ouvert une enquête préliminaire contre son entraîneur et mari, Patrice Ciprelli, à la suite de soupçons d'achat d'EPO (érythropoïétine), produit dopant rendu célèbre par l'affaire Festina.

Un achat supposé d'EPO en avril 2007

Le 13 septembre dernier, L'Equipe publiait un entretien avec l'ancien coureur américain Joe Papp, qui, via son site Internet eposino.com, expliquait avoir servi d'intermédiaire dans l'achat d'EPO chinoise par Patrice Ciprelli. "Il écrivait vouloir de l'EPO pour son épouse, tout en précisant vouloir payer lui-même et souhaiter que ce soit envoyé à une tierce personne", expliquait Papp le 13 septembre dernier

Le quotidien publiait également des fac-similés de mails échangés entre Papp et Ciprelli lors de la transaction, effectuée en avril 2007. La précision sur la date s'impose. En effet, les faits sont aujourd'hui prescrits. Ainsi, l'enquête ouverte par le parquet vise à "voir s'il y a eu une éventuelle importation irrégulière de produits dopants" mais aussi, et peut-être surtout, s'il y en a eu postérieurement à cette date d'avril 2007. C'est ce qui pourrait coûter cher à Ciprelli.

Des échanges de mails authentifiés

Longo avec Ciprelli (930x620)

© MAXPPP

Dans la foulée des révélations de L'Equipe, la fédération française de cyclisme (FFC) avait prononcé la suspension de Ciprelli "à titre conservatoire" pour atteinte à la "probité du cyclisme". Un mois et demi plus tard, le 27 octobre, la suspension a été levée par le Tribunal administratif de Grenoble. Le juge a estimé qu'il existait un "doute sérieux" quant à la légalité de la décision. La FFC a été également contrainte de verser 500 euros à Patrice Ciprelli au titre des frais de justice.

Ironie de l'histoire, cette somme correspond à celle qu'aurait versée Ciprelli au printemps 2007 pour se procurer les 80.000 unités universelles d'EPO auprès du site géré par Papp... Devant le Tribunal administratif de Grenoble, les avocats de Ciprelli, qui sont les mêmes que ceux de Longo, avaient argué du fait que les "emails étaient des faux". Or, depuis, les mails ont été authentifiés par les enquêteurs, ce qui fragilise la défense du couple.

Un double volet sportif et judiciaire  

Comme elle l'a fait avec Longo, la commission de discipline de la FFC doit également se prononcer sur le cas de Ciprelli d'ici la fin de l'année. Dans cette affaire, au double volet sportif (FFC) et judiciaire (parquet de Grenoble), ce n'est pas directement Jeannie Longo qui est visée mais bien Patrice Ciprelli. Or, à l'époque de l'achat supposé de doses d'EPO, Ciprelli était également l'entraîneur de la principale rivale de Longo, Edwige Pitel, avec laquelle il a commencé à collaborer fin 2006, soit quelques mois avant les échanges de mails avec Papp.

En attendant la divulgation des résultats de l'enquête préliminaire du parquet, qui pourrait ne pas intervenir avant début 2012, c'est avant tout la carrière de Ciprelli qui est menacée. Mais, dans son autobiographie publiée l'an dernier, Longo révélait qu'elle continuait le vélo avant tout pour son mari. Si celui-ci venait à être sanctionné, cela signifierait sans aucun doute une fin de carrière anticipée pour celle qui a été élue en août dernier sportive préférée des Français à l'âge de 52 ans.