Longo entame sa défense

  • A
  • A
Longo entame sa défense
@ MAXPPP
Partagez sur :

CYCLISME - La championne s'est exprimée vendredi via un communiqué de son avocat.

Défendre un titre, Jeannie Longo sait faire, elle qui a été sacrée championne de France à 59 reprises. En revanche, se défendre d'un "no show", ce défaut de localisation qui enfreint les règles antidopage, c'est nouveau. Et pour ce faire, la sportive préférée des Français a choisi le strict minimum. Pas de déclaration publique, encore moins de réponse à L'Equipe, qui révèle l'affaire dans son édition de vendredi, et un seul communiqué, court et informatif, délivré par son avocat, Mb Bruno Ravaz, pour mettre les choses au point. "Jeannie Longo-Ciprelli a été avisée par la presse que la commission des experts de l'AFLD (Agence française de lutte contre le dopage) lui aurait délivré définitivement un troisième avertissement pour manquement aux obligations de localisation."

"Je suis informé qu'il y a eu trois non-localisations"

Le conditionnel est de mise, mais il ne devrait bientôt plus l'être. Le président de la fédération française, David Lappartient, l'a expliqué vendredi : "bien sûr, je suis informé qu'il y a eu trois non-localisations". Pour autant, la lettre de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) rendant compte de ces trois défauts de localisation n'a pas encore été transmise à la FFC. "Si nous devons être saisis par l'AFLD, ce qui sera sans doute le cas, la procédure veut que l'on renvoie le dossier devant la commission de discipline de la Fédération", ajoute David Lappartient. "Charge ensuite à la commission de mener une instruction, de recevoir Jeannie Longo et de prononcer ou pas une éventuelle sanction, à la lumière des explications qui pourraient être fournies par Mme Longo."

"Contrôlée plus qu'aucun autre athlète"

Des explications, la Savoyarde n'en a pas fourni pour le moment. Elle s'est contentée d'avancer son passé, qui n'a jamais été entaché par un quelconque contrôle antidopage positif. "Depuis le début de sa carrière, Jeannie Longo-Ciprelli a été contrôlée plus qu'aucun autre athlète au monde sans que jamais les résultats ne laissent le moindre doute sur son exemplarité sportive. Elle fait confiance à la FFC pour considérer sa situation de manière impartiale et objective", souligne son avocat. "Plus qu'aucun athlète", oui. Et pour cause, Jeannie Longo a remporté son premier titre national en... 1979.

Parallèlement aux révélations de L'Equipe, le coureur Joseph Papp ressort de l'ombre. Sans en apporter la preuve, cet ancien dopé repenti avait laissé entendre le mois dernier sur son compte Twitter que Jeannie Longo avait eu recours à ses produits à l'époque où il en vendait. Interrogé sur le site velonation, Papp sous-entend qu'il serait peut-être amené à témoigner sur Jeannie Longo. A moins d'un an des Jeux olympiques de Londres, cette affaire tombe mal pour la championne, qui, à bientôt 53 ans,  risque maintenant d'achever sa carrière exemplaire sur une suspension...