La victoire de Lyon fait du bruit

  • A
  • A
La victoire de Lyon fait du bruit
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - La qualification de l'OL, mercredi, à Zagreb (7-1), a fait naître une vive polémique.

Trois buts en cinq minutes, six buts en une mi-temps, sept au total... De par son ampleur et son déroulement, la victoire de Lyon (7-1), mercredi soir, sur la pelouse du Dinamo Zagreb, synonyme de qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, a estomaqué l'Europe du football. Et n'a pas tardé à éveiller les soupçons.

Ils ont pris une tournure officielle (et habituelle pour ce genre de scores), jeudi, avec les "vérifications" faites par l'autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) autour des paris effectués lors de la rencontre. Selon les informations d'Europe 1, il n'y a pas eu de "mouvement suspect" autour du match sur le marché français. Mais cela ne préjuge pas d'une éventuelle irrégularité au niveau européen. 

Un clin d'œil à Gomis ?

Comme souvent quand une polémique éclate, c'est la presse espagnole qui a tiré la première. Le site du quotidien sportif As évoque ainsi "l'étrange victoire de Lyon qui élimine l'Ajax". "Ce qui est sûr, c'est que, pendant le match, nous avons vu des choses étranges. Les Croates sont d'abord allés de l'avant (ils ont ouvert le score ndlr) mais leur deuxième période a été indigne d'une équipe de la Ligue des champions. Sans vitesse, avec des pertes de balle constantes et des gestes étranges". As.com cite notamment le troisième but lyonnais, consécutif à une énorme erreur de la défense croate avec une passe en retrait récupérée par Jimmy Briand. Le site espagnol va même jusqu'à publier un diaporama image par image de ce fameux but, inscrit dès la remise en jeu...

L'OL marque dès la remise en jeu :

Mais le quotidien espagnol va plus loin et publie une photo du défenseur du Dinamo Zagreb, Domagoj Vida, ballon en main, en train de faire ce qui est présenté comme un clin d'œil à Gomis, après le troisième but de l'attaquant lyonnais, le cinquième de son équipe. Difficile, néanmoins, d'interpréter cette attitude comme un geste de complicité...

Vida et Gomis (930x620)

© Capture d'écran as.com/Reuters

"Le Dinamo a joué crânement sa chance en première période mais a renoncé durant la seconde, au cours de laquelle l'OL a eu la partie très, très facile", souligne marca.com. Il a marqué sept buts, mais ça aurait pu être dix" Dix, c'est le nombre de buts qui a finalement permis à l'OL de se qualifier. Car, aux sept réalisations de l'OL, il faut ajouter les trois du Real sur la pelouse de l'Ajax Amsterdam, dont la défaite (3-0) conjuguée à la victoire de Lyon l'élimine de la Ligue des champions.

L'Ajax se sent lésé

"L'UEFA devrait enquêter sur ce qui s'est passé à Zagreb", a réagi en conférence de presse Frank de Boer, l'entraîneur de l'Ajax. "Mes assistants m'ont dit que les buts ont été rapides et faciles, parce qu'à l'heure de jeu, il n'est pas courant d'encaisser ce genre de buts. Nous avions notre destin en mains, mais nous n'avons jamais imaginé qu'il puisse se passer cela dans l'autre stade." Pourtant, lors de la précédente journée, le Dinamo avait déjà explosé, encaissant six buts en 65 minutes sur la pelouse du Real (6-2)...

Les Néerlandais pourraient également en vouloir à l'arbitrage. Il y a l'exclusion, plutôt logique, de Jerko Leko dès la 28e minute de jeu à Zagreb, qui a facilité ipso facto la tâche des Lyonnais dans leur opération remontée. Mais, lors de son match face au Real, l'Ajax a surtout été privé, en trois minutes, de deux buts injustement refusés pour hors-jeu alors que le score n'était que de 1-0 en faveur des Merengue. Et ça aussi, la presse espagnole l'a bien relevé...

Les deux buts de l'Ajax refusés (930x620)

© Capture d'écran marca.com

Le Dinamo, club à la réputation sulfureuse

Si la polémique est aussi vive - jeudi matin, le papier sur la qualification de Lyon était l'article le plus lu, devant même le compte-rendu du match du Real sur as.com -, c'est aussi en raison de la réputation sulfureuse du Dinamo Zagreb, entré dans l'histoire de la Ligue des champions mercredi avec le plus mauvais bilan d'une équipe en phase de poules (0 point, 3 buts marqués, 22 encaissés).

Il y a deux ans, le milieu de terrain de l'équipe roumaine de Timisoara, Dan Alexa, avait expliqué avoir été la victime d'une tentative de corruption d'un dirigeant croate avant un match de poule de Ligue Europa. Un dirigeant du Dinamo lui aurait proposé à l'époque la coquette somme de 500.000 euros pour joueur en dessous de sa valeur et provoquer un penalty.... Le Dinamo Zagreb l'avait emporté 3-0, sans penalty. Mais ce n'est pas tout.

Déjà des soupçons en Ligue des champions

Le site Rue89.com, qui publie un article au titre évocateur (et un brin provocateur), jeudi, "Le match de Ligue des champions entre Lyon et Zagreb a-t-il été truqué ?", rappelle deux autres matches du champion de Croatie qui avaient fait l'objet d'une enquête de la part de la police allemande en collaboration avec l'UEFA : un match de tour préliminaire de Ligue des champions, contre Arsenal en 2006 (3-0), et la finale de la Coupe de Croatie 2009 contre l'Hadjuk Split (3-0).

C'est le quotidien croate Nacional qui avait évoqué ces affaires. "Il faut trouver les preuves pour ce type d'accusations", reconnaît le journaliste Dean Sinovic au micro d'Europe 1. "Durant ces trois dernières saisons, le Dimano Zagreb a déjà été mêlé à ce genre d'histoires. Mais, à chaque fois, toutes les accusations ont été levées et les dirigeants innocentés."

Derrière ces polémiques, on retrouve le manager du Dinamo, le sulfureux Zdravko Mamic, qui mène le club d'une main de fer aux côtés de son frère Zoran, directeur sportif. L'entraîneur Krunoslav Jurcic, licencié une heure seulement après la défaite face à Lyon, est le dernier à en avoir fait les frais... Rue89.com, qui diffuse une vidéo du dirigeant insultant un journaliste, annonce également que le fils Mamic est agent de joueurs et qu'il gère les intérêts de l'international croate Dejan Lovren, transféré à l'été 2010 du Dinamo Zagreb à... Lyon. Face à la montée de la suspicion, l'UEFA n'a pas encore réagi à ce qui reste, pour le moment, un exploit sportif de l'OL...