L'Asvel enchaîne

  • A
  • A
L'Asvel enchaîne
Partagez sur :

BASKET - Troisième victoire en trois matches d'Euroligue pour l'Asvel qui s'est imposé sur le parquet de Fenerbahçe (68-61) et reste en course pour le Top 16.

L'Asvel a signé mercredi sur le parquet de Fenerbahçe (68-61) un troisième succès consécutif en Euroligue et reste en course pour accéder au Top 16.La dernière tentative à 3 points de Serhat Cetin n'y change rien. Les joueurs de l'Asvel tiennent leur succès sur le parquet de Fenerbahçe. Tandis que Vincent Collet et ses hommes sont tout à leur joie de cette authentique performance accomplie chez l'un des géants turcs, la salle Abdi Ipekçi s'est tu devant le spectacle de la défaite (61-68) de ses protégés face à ce club français que l'on n'attendait sans doute pas à un pareil niveau sur les rives du Bosphore. Ironie de l'histoire, c'est Bogdan Tanjevic, ancien coach de... l'Asvel, aujourd'hui aux commandes de l'Ulker, déjà balayé (89-55) la semaine dernière à Barcelone, qui se promet des prochaines heures difficiles... Mais les Villeurbannais n'ont aujourd'hui plus grand-chose à voir avec l'équipe souffreteuse du début de saison, qui avait débuté sa campagne continentale par quatre revers de rang. Vincent Collet et ses joueurs se savaient sur la pente ascendante avant ce déplacement périlleux dans la capitale turque. La série en cours de trois victoires de rang (Chalon en Pro A, Kaunas et Cibona Zagreb) en était l'expression, restait à signer face à un adversaire qu'Aymeric Jeanneau et ses coéquipiers avaient déjà poussé à la prolongation à l'aller, sans pouvoir s'imposer (76-78, a.p.), ce match référence sur lequel l'Asvel pourrait construire et voir plus loin encore...Un troisième quart-temps de feuCar, oui, cette Asvel, conquérante, solidaire et parfois même emballante, a de l'avenir lorsqu'elle évolue à ce niveau. Des Rhodaniens qui, sans s'affoler auront su survivre à une première période au cours de laquelle, dans le deuxième quart-temps, ils subissaient la domination turque pour accuser jusqu'à onze points de retard (34-23, 18e), le plus gros écart du match. A la pause, l'Asvel était dans le coup, menée de seulement quatre longueurs (34-30). Et déjà l'homme providentiel, Rawle Marshall (15 points, à 5 sur 9 aux tirs, 6 rebonds) confirmait son influence si bénéfique depuis son arrivée sur le collectif villeurbannais. Restait à faire l'effort décisif, qui intervenait au retour des vestiaires sous la forme d'un troisième quart-temps qui permettait à l'Asvel de s'emparer de la tête (47-49) à l'entame du dernier acte. Elle n'allait plus la perdre... Là où il y a encore quelques semaines, Jeanneau et les siens auraient fini par céder sur le fil, tout un groupe se mettait en branle pour conserver cet avantage jusqu'à la sirène (68-61).La victoire est précieuse puisqu'elle permet à l'Asvel, non seulement de récupérer la différence de points particulière sur les deux matches, mais aussi de s'emparer de la troisième place de la poule en passant devant sa victime du soir. L'Europe a de nouveau un sens.