C'est Gignac la guigne

  • A
  • A
C'est Gignac la guigne
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE 1 - A peine entré en jeu à Caen, vendredi, Gignac s'est à nouveau blessé aux adducteurs.

Un statut de remplaçant, peu de ballons touchés et une vilaine blessure : le retour du banni André-Pierre Gignac, vendredi, à Caen (2-1), qui aura duré à peine un quart d'heure, a ressemblé à un condensé de son passage à l'Olympique de Marseille. Sur le banc au coup d'envoi, l'ancien attaquant de Toulouse, qui avait été exclu cinq jours du groupe professionnel avant la réception du Paris-SG, la semaine dernière, pour comportement déplacé, est entré sur le terrain à la 76e minute de jeu en remplacement de Jordan Ayew, deuxième buteur olympien.

A peine dix minutes plus tard, "APG" a commencé à se plaindre des adducteurs après une mauvaise réception sur un duel aérien. Et dans le temps supplémentaire, après avoir lutté vaillamment, le n°10 de l'OM a dû se résoudre, la mort dans l'âme, à quitter la pelouse. Les examens passés samedi ont confirmé une lésion de l'adducteur gauche et une indisponibilité de six à huit semaines.

Déjà les adducteurs en février

Gignac blessé face à Saint-Etienne (930x620)

© REUTERS

"Gignac, c'est très problématique, car il a très mal, il a ressenti une très forte douleur", avait expliqué vendredi son entraîneur, Didier Deschamps, en conférence de presse. Un peu plus tôt, le technicien olympien avait expliqué au micro de Foot+ que Gignac était redevenu un joueur comme les autres, après sa réintégration dans le groupe, mercredi matin. "A partir du moment où il est disponible et qu'il est dans le groupe, je peux faire appel à lui à tout moment", avait souligné Deschamps.

Problème, Gignac ne le sera pas, disponible, mardi, pour le déplacement décisif à Dortmund, pour la dernière journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. En février dernier, déjà, "APG" s'était blessé aux adducteurs (photo) avant la réception de Manchester United en huitièmes de finale aller de la compétition. Un peu moins de dix mois plus tard, Gignac a donc rechuté, confirmant ainsi sa très grande fragilité physique. "APG", dont l'avenir à l'OM s'inscrit en pointillés au-delà du mercato hivernal, a peut-être disputé à Caen ses toutes dernières minutes avec l'OM. Les larmes aux yeux.