Angers gâche la dernière de Lyon à Gerland en Ligue 1

  • A
  • A
Angers gâche la dernière de Lyon à Gerland en Ligue 1
@ JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Partagez sur :

L'OL, toujours à la peine, s'est incliné pour son ultime rencontre dans son enceinte historique, samedi après-midi (0-2).  

Même une grande fête ne remonte pas le moral des Lyonnais. L'OL, en pleine crise de résultats, a plongé un peu plus en s'inclinant contre Angers (0-2), pour la dernière rencontre de Ligue 1 à Gerland. Malgré une enceinte presque pleine et un parterre d'anciennes légendes du club, les Gones ont été noyés par les vagues des Angevins, surprenants deuxièmes du championnat. Avec trois défaites et un match nul lors des quatre dernières rencontres de L1, Lyon poursuit sa série noire et pourrait voir Caen, troisième, s'envoler au classement. Les jours d'Hubert Fournier à la tête de l'OL semblent comptés.

Le doublé de N'Doye. Si les Lyonnais ont affiché d'incroyables lacunes dans le jeu, le mérite en revient au SCO. Les Angevins, toujours aussi solides en défense, ont surpris leurs adversaires sur une puissante tête de Cheikh N'Doye (17e). L'impressionnant milieu de terrain sénégalais a inscrit un doublé en fin de match pour assurer le succès des siens, sur une nouvelle tête, en profitant de la passivité de la défense lyonnaise. Du côté de l'OL, seule une barre transversale de Mathieu Valbuena (54e) a secoué une équipe confondante de médiocrité. "On vit des moments catastrophiques. Aujourd'hui, ce sont nous, les joueurs, qui sommes responsables. Il faut une remise en question de tout le monde", a constaté, dépité, le milieu offensif de l'équipe de France au micro de Canal+, interrogé juste après la rencontre. 

Gerland, triste dernière. La fête aurait pourtant pu être belle pour les Lyonnais. Les supporters lyonnais ont réservé de magnifiques tifos à leurs protégés et une ambiance de feu, pour la dernière rencontre de championnat de France à Gerland. Pour l'occasion, de nombreux anciens joueurs du club ont été invités, comme Juninho, Sidney Govou ou encore Sonny Anderson. Mais les gloires passées de l'OL ont assisté depuis les tribunes, impuissants, à cette nouvelle désillusion pour le club de Jean-Michel Aulas. A Lyon, le cœur n'est pas vraiment à la fête.