Trappes : 300 personnes ont marché pour le jeune Moussa

  • A
  • A
Trappes : 300 personnes ont marché pour le jeune Moussa
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

RECUEILLEMENT - Plusieurs centaines de personnes se sont réunis samedi à Trappes, dans les Yvelines, pour rendre hommage à Moussa, 14 ans, tué par une balle vendredi.

Ce sont des habitants choqués qui se sont rassemblés samedi à Trappes. Ils étaient entre 200 et 300, dont de nombreux jeunes, à vouloir rendre hommage à Moussa, 14 ans, qui a été tué d'une balle vendredi. Le silence et la tristesse dominaient dans le cortège, rassemblé devant l'espace Anatole France où le jeune adolescent venait souvent participer à des activités. 

"Une personnalité enjouée et sociable". L'ancienne institutrice de CE2 de Moussa, Laurence, qui évoque "la tristesse et l'incompréhension", tenait à être présente dans ce rassemblement, "pour la famille et pour lui". "La famille, on l'a connaît, Moussa était le petit dernier", explique-t-elle au micro d'Europe 1. "Une personnalité enjouée et sociable, rapporte-t-elle, alors qu'elle se passe "des photos de l'école" avec les autres personnes présentes au cortège. C'est "le revoir avec le sourire", estime-t-elle. 

La famille a rencontré les élus. À l'intérieur du bâtiment Anatole France, une réunion a eu lieu avec les proches de Moussa. Sa famille en est sortie, très digne, après une heure et demie d'échanges avec les élus. Le but était de comprendre comment mettre fin aux affrontements de bandes de quartier et comment éviter les représailles qui risquent d'avoir lieu. 

"Il y a eu des signaux d'alarme". Abdel, présent dans le cortège et qui se présente comme grand frère de banlieue, trouve salutaire cette réunion mais cela vient trop tard, juge-t-il. "C'est pour ça que la blessure est encore plus profonde, le problème c'est qu'ils n'étaient pas là avant", explique-t-il à Europe 1. Pourtant, "il y a eu des signaux d'alarme, il y a eu des coups de feu, de l'exacerbation entre enfants", ajoute-t-il. "Tout le monde est au courant", selon lui. 

Le maire de Trappes, Guy Malandin, a d'ailleurs plusieurs fois été pris à parti par des habitants qui se sentent délaissés. Pour une mère de famille qui participait au rassemblement, les jeunes sont en train d'être perdus.

>> LIRE AUSSI - Trappes : Moussa, 14 ans, tué par une balle perdue ?