Barrage de Sivens : la tension monte encore

  • A
  • A
Barrage de Sivens : la tension monte encore
@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

A Sivens, les agriculteurs qui bloquaient depuis lundi les deux principales entrées de la ZAD occupée par une quarantaine de militants ont pénétré sur le site. 

Pro et anti-barrage se font face. La tension est encore montée d'un cran mercredi entre pro et anti-barrage de Sivens, dans le Tarn avant un débat vendredi au conseil général à Albi sur des projets alternatifs à la retenue d'eau contestée. A Sivens, les agriculteurs qui bloquaient depuis lundi les deux principales entrées de la ZAD occupée par une quarantaine de militants, ont pénétré sur le site.

Des échanges musclés. Ils "sont rentrés" sur un des lieux de vie des zadistes. "On a démonté un chapiteau et des cabanes", a affirmé Philippe Jougla, président de la branche tarnaise du syndicat agricole FNSEA. Un militant proche des zadistes, se faisant comme à l'accoutumée appeler "Camille", a affirmé que des agriculteurs auraient en plus "mis le feu à une bergerie des zadistes qui abritait des chèvres, des moutons et des chiots, sans faire de victime car le feu a été rapidement circonscrit". "Ils ont caillassé une de nos voitures. Ils sont rentrés dans des fermes. On les a coursés", a rapporté Philippe Jougla, indiquant en fin d'après-midi qu'il y avait "150 agriculteurs sur site".

Pas de confrontation directe. Une centaine de gendarmes faisaient tampon entre les deux camps. En milieu de soirée cependant, la situation était redevenue calme. Les agriculteurs armés de bâtons ou barres de fer, aperçus auparavant, s'étaient dispersés, ainsi que les zadistes. La préfecture a confirmé dans la soirée qu'aucune "confrontation directe" n'avait eu lieu, ne déplorant que "quelques épisodes de tension et quelques dégradations". 

04.03_agriculteurs_sivens_1

Eviter un nouveau drame. Les autorités avaient affirmé leur détermination à maintenir l'ordre. "Il est hors de question que le convoi ait accès" à la Zone à défendre (ZAD), instaurée en octobre 2013 à Sivens, avait-elles indiqué dans la journée. "Tout sera mis en oeuvre pour éviter la moindre confrontation entre pro et anti-barrage", avaient-elles ajouté. Sivens est déjà endeuillé par la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse, tué le 26 octobre par une grenade des gendarmes lors d'affrontements sur le site. 

Une marche de soutien pour les zadistes. Dans la matinée, une poignée de pro-zadistes ont pris la route à pied depuis Toulouse pour une "marche de solidarité". Ils devaient converger jeudi vers Sivens, où les agriculteurs promettaient cependant de continuer à ne laisser entrer personne. Ces pro-barrage, la plupart membres du syndicat majoritaire FNSEA, veulent ainsi mettre la pression sur les zadistes et l'Etat jusqu'à la réunion du conseil général du Tarn vendredi à Albi sur les alternatives au projet initial de barrage.

Vendredi, journée cruciale. Les agriculteurs disent leur "exaspération" face à une occupation qui perdure malgré les ordonnances d'expulsion prononcées en février. Depuis, les manifestations de protestation se sont multipliées, souvent accompagnées de heurts et dégradations, en dernier lieu le 21 février à Nantes et Toulouse. Pro et anti-barrage ont annoncé des rassemblements à Albi vendredi matin, pour la session du conseil général.

>> LIRE AUSSI - La carte de France des zones à défendre (ZAD)

>> LIRE AUSSI - Barrage de Sivens : Royal enterre le projet initial