Pouvoir d'achat et baisse du chômage en tête des attentes pour 2018

  • A
  • A
Pouvoir d'achat et baisse du chômage en tête des attentes pour 2018
Les Français veulent principalement qu'Emmanuel Macron s'occupe de "l'amélioration du pouvoir d'achat des Français". @ LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :

La baisse des impôts, la lutte contre le terrorisme et le redressement de l'économie française sont aussi des préoccupations des Français. 

L'amélioration du pouvoir d'achat et la baisse du chômage figurent en tête des attentes des Français à l'égard de l'exécutif pour 2018, selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint pour LCI, Le Figaro et RTL publié lundi.

Les impôts bien placés. Les personnes interrogées sur ce qu'elles attendent principalement de l'action du gouvernement et d'Emmanuel Macron pour 2018, citent d'abord "l'amélioration du pouvoir d'achat des Français" (51%), la baisse du chômage (43%), la diminution des impôts et des charges (40%). Viennent ensuite la lutte contre le terrorisme (34%), le redressement de l'économie française (32%) et la maîtrise des problèmes de l'immigration (31%), devant la réduction des inégalités sociales et de l'exclusion (27%).

Un bilan partagé. Sur le bilan de l'action d'Emmanuel Macron depuis son élection, les résultats sont partagés avec 37% qui le jugent négatif (dont 18% très négatif) et 35% positif (dont 5% très positif), les autres estimant qu'il est trop tôt pour juger (21%) ou étant sans opinion (7%).

Macron jugé de droite. Une majorité des personnes interrogées (55%) estime que l'action menée jusqu'à maintenant par le gouvernement correspond aux engagements pris par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Ils sont 31% à faire état de l'opinion inverse, dont 22% qui jugent que l'action menée ne correspond "plutôt pas" aux engagement pris et 9% "pas du tout". La politique menée par le chef de l'État est qualifiée de "plutôt à droite" par 39%, "plutôt au centre" par 27% et "plutôt à gauche" par 7% des personnes interrogées, les autres étant sans opinion.

* Sondage réalisé en ligne les 11 et 12 janvier, auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes, selon la méthode des quotas.