Pollution aux particules fines ou à l’ozone : mode d’emploi

  • A
  • A
Pollution aux particules fines ou à l’ozone : mode d’emploi
L'épisode de pollution aux particules fines en mars 2015.@ AFP
Partagez sur :

Une forte pollution à l’ozone s’observe depuis quelques jours, notamment à Paris. Mais quelle est la différence avec les particules fines ? 

Alerte à la pollution à l’ozone. Depuis plusieurs jours, les indicateurs à la pollution ne sont pas bons, en particulier en Ile-de-France. Airparif, qui mesure la qualité de l’air dans la région parisienne, avait ainsi annoncé que "des concentrations d’ozone supérieures au seuils d’information et de recommandations pour l’ozone devraient impacter l’Ile-de-France". En avril dernier, au contraire, c’était une forte pollution aux particules fines qui s’abattait sur la France. Mais quelle est la différence entre les deux ?

Les particules fines, "des toutes petites poussières". Véronique Delmas est directrice d’Air Normand. Elle explique à Europe 1: "les particules fines ce sont de toutes petites poussières. Si vous prenez par exemple un filtre café. Aspirez l’air à travers ce filtre et regardez la couleur du filtre. S’il est noir, cela correspond aux particules fines retenues sur le filtre".

Parmi les sources de particules fines, "il n’y a pas que le diesel et le trafic", détaille Véronique Delmas, "il y aussi la combustion du bois mais aussi l’agriculture et les industries". Il existe, en outre, deux modes de formation des particules fines : les particules primaires, "en gros, c’est lorsque vous freinez et que les particules du freinage se retrouvent dans l’atmosphère" assure Véronique Delmas et les particules secondaires qui sont "des émissions de gaz comme le nitrate et les oxydes d’azote ammoniaque et qui forment des particules dans l’atmosphère".

L’ozone ne sort pas directement des pots d’échappement. "L’ozone est un gaz formé par trois atomes d’oxygène" révèle Véronique Delmas qui poursuit : "l’ozone ne sort pas directement des pots d’échappement et des usines mais il se forme à partir d’autres polluants comme les oxydes d’azote et d’autres hydrocarbures dont les sources sont variées, industrie, circulation automobile…" L’ozone se forme enfin "lorsqu’il fait très chaud et très beau" ce qui est le cas actuellement.

Quelles conséquences pour la santé ? L’ozone et les particules fines agissent-elles de la même façon sur notre santé ? Les conséquences sont en réalité très différentes, nous explique Karine Léger d’Airparif. "Les particules fines vont agir sur l’appareil respiratoire, le cardiovasculaire et ont un effet cancérigène tandis que l’ozone est un gaz irritant qui va agir sur les muqueuses du nez, des yeux ou des poumons", affirme-t-elle.

Les précautions à prendre. Face à ce constat, les précautions à adopter ne sont pas les mêmes en cas de pollution à l’ozone ou aux particules fines. En effet, si vous voulez éviter de sortir en cas d’alerte, les moments sont différents selon que l’on parle d’ozone ou de particules fines. Pour l’ozone, qui est donc lié à l’ensoleillement, les pics interviendront l’après-midi tandis que les particules fines, elles, sont de sortie le matin et le soir, du fait de la circulation et du chauffage qui est activé dans les habitations.