Pollution : 5 millions de véhicules équipés de vignettes

  • A
  • A
Pollution : 5 millions de véhicules équipés de vignettes
Ces macarons sont utilisés à Paris, Grenoble et Lyon. La métropole de Strasbourg a également annoncé qu'elle allait s'y mettre.@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

À ce jour, cinq millions d'automobilistes ont équipé leur voiture de la vignette Crit'Air, a annoncé jeudi Ségolène Royal.

Cinq millions de véhicules sont à ce jour équipés de pastilles Crit'Air, permettant de moduler la circulation pour améliorer la qualité de l'air, a indiqué la ministre de l'Environnement Ségolène Royal jeudi devant le Sénat.

Après Paris, Lyon et Grenoble, bientôt le tour de Strasbourg. "Je suis heureuse de vous annoncer qu'à ce jour cinq millions d'automobilistes ont équipé leur voiture de la nouvelle vignette Crit'air, qui permet de traiter les pics de pollution et donc de réduire l'atteinte à la santé" liée aux pollutions atmosphériques, a-t-elle dit, répondant à une question sur l'aide aux victimes de ce fléau. Il y a un mois, le ministère recensait 3 millions de vignettes commandées. Ces macarons, qui identifient chaque véhicule en fonction de son niveau de pollution, sont obligatoires à Paris depuis mi-janvier, pour rouler en semaine. Ils ont aussi été utilisés à Grenoble et Lyon lors de pics ; la métropole de Strasbourg a annoncé qu'elle allait s'y mettre.

La fiscalité de l'essence alignée sur le diesel : "c'est en cours". "Le deuxième chantier est le rapprochement entre la fiscalité de l'essence et la fiscalité du diesel", a ajouté jeudi Ségolène Royal. "C'est en cours". "Mais il faut dire les choses sur les autres sources de pollution : il y a les sources de pollution agricoles - la lutte est engagée contre les pesticides - les pollutions chimiques et industrielles", a-t-elle encore dit. Devant la Haute assemblée qui tenait jeudi sa dernière séance de questions au gouvernement du quinquennat, Ségolène Royal s'est déclarée "certaine" que des lois comme la loi biodiversité ou la ratification de l'accord climat, votées pendant cette législature, "seront irréversibles, car elles ont associé des votes sur tous les bancs du Sénat".