Pierre Joxe : "Si le gouvernement avait la bonne idée d'abandonner son projet de loi Travail..."

  • A
  • A
Partagez sur :

Casseurs, manifestants qui ne décolèrent pas... Pierre Joxe, ancien ministre de l'Intérieur de François Mitterrand, soutient la police, Bernard Cazeneuve et dézingue la loi Travail.

INTERVIEW

Il y a-t-il un malaise dans la police au moment où elle doit faire régner l'ordre dans le cadre des manifestations contre la loi Travail ? Mercredi, une voiture des forces de l'ordre était incendiée, avec deux policiers à l'intérieur. "Ce n'est pas un danger auquel on peut s'attendre dans un pays démocratique", analyse Pierre Joxe, ancien ministre de l'Intérieur et ex-ministre de la Défense de François Mitterrand, au micro d'Europe 1. L'homme politique, qui vient d’être nommé médiateur du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, était invité samedi dans C'est arrivé cette semaine.

"Une police dégradée par Sarkozy". Si l'ancien ministre espère que ces individus vont "être sévèrement punis par la justice", il n’écarte pas non plus les violences émanant de certains CRS à l'égard de manifestants et pas seulement de casseurs. "Je crois que (Bernard) Cazeneuve, qui est un avocat, a pris des positions justes : il a dit que c'était inacceptable, que ce n'était pas l'image de la police que de voir un policier donner un coup de poing à un jeune garçon déjà immobilisé. Cazeneuve a hérité d'une police dégradée par a période Sarkozy. Il reprend la tradition de l'importance du commandement expliqué", pense l'ancien ministre de l'Intérieur.

La loi Travail ? " Personne n'en veut !". L'homme ne généralise néanmoins pas les bavures policières : "Beaucoup de syndicalistes de la police comprennent parfaitement la manifestation contre la loi Travail. L'Unsa police a expliqué qu'il ne ressentent pas de haine à l'égard des manifestants mais de quelques casseurs qui sont des voyous." Et soutient la police qu'il a hiérarchiquement dirigée. "Avec les attentats récents, le plan Vigipirate, les policiers ont en plus à subir la problématique de manifestations répétées...Si le gouvernement avait la bonne idée d'abandonner son projet de loi Travail comme il a abandonné cette fâcheuse idée de déchéance de nationalité et comme il avait abandonné sous Chirac le CPE, on aurait moins de manifestations et les policiers pourraient se consacrer à leur vrai mission d'ordre public de sécurité." Une punchline nette et précise. "La loi travail, personne n'en veut, ni la gauche, ni la droite, ni les syndicats, ni le Medef, pourquoi le gouvernement s'obstine ?", conclut-il.