Parité dans les entreprises : du mieux mais...

  • A
  • A
Parité dans les entreprises : du mieux mais...
Dans les petites entreprises, seules 14,2% de femmes siègent au conseil d'administration.@ KARL-JOSEF HILDENBRAND/DPA/AFP
Partagez sur :

Les grandes entreprises n'ont plus qu'un an pour nommer 40% de femmes dans leurs conseils d'administration. Les petites sociétés sont encore à la traîne.

EXCLUSIF

Objectif 40%. Il ne reste plus qu'un an aux entreprises pour respecter la loi et nommer 40% de femmes dans les conseils d'administration. Cette loi, votée en 2011, concerne les sociétés de plus de 500 salariés et de plus 50 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Pour la moitié de ces entreprises, l'objectif est atteint. Trois fois plus de femmes siègent dans les conseils d'administration qu'en 2011, où elles n'étaient que 9%. Mais, dans les sociétés plus petites, il manque encore un millier de femmes pour participer aux décisions, puisque seulement 14,2% de femmes siègent dans leur conseil d'administration, selon un rapport du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Les hommes "sont en train d'évoluer" sur la question. Cela fait encore de gros efforts à fournir, mais le progrès est en marche, concède l'une des premières femmes à avoir occupé une place dans un conseil. "Les gens qui ont le pouvoir sont quand même principalement des hommes, mais je ne crois pas qu'ils soient contre l'égalité. Je crois qu'ils sont en train d'évoluer", confie Martine Liautaud. "Je crois même que certains, qui sont proches de leurs filles, considèrent évidemment que leurs filles peuvent aller le plus loin possible et obligent qu'il y ait des femmes dans la liste."

"Aujourd'hui, il y a une certaine discipline". Les femmes sont cependant persuadées que rien n'aurait changé sans cette loi contraignante pour les entreprises. Mais avec le temps, même mentalités progressent. "Des comportements machos, ça existe toujours. Mais aujourd'hui, il y a une certaine discipline des hommes" ajoute cette autre administratrice, Brigitte Longuet. "Ils ne peuvent pas vous dire 'oh non, pas de femmes, pas question'. On n'entend plus ce discours. On entend plutôt 'oui, on ne trouve pas de femmes compétentes, vous savez, on est dans un secteur très pointu…'". Autre progrès, sourit cette avocate : aujourd'hui, dans son conseil d'administration, ce sont les hommes qui font le café.