Notre-Dame-des-Landes : "Les zadistes parviennent à bloquer des maillons du système"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Malgré les évacuations de cette semaine, les zadistes reviennent nombreux. Pour le politologue Eddy Fougier, le gouvernement a fait une erreur en considérant que l'aéroport était le seul objet de contestation.

Malgré l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-landes, les zadistes occupent toujours le terrain. Le gouvernement voudrait légaliser des installations agricoles individuelles mais s'oppose à des zadistes qui veulent conserver une communauté alternative. Eddy Fougier, politologue, spécialiste des mouvements contestataires, était l'invité dimanche de l'émission C'est arrivé demain. Il explique les raisons d'un enlisement.

"Erreur d'interprétation". Les évacuations de la ZAD par les forces de l'ordre, annoncées par le gouvernement, ont démarré cette semaine. Or, malgré plusieurs vagues d’expulsions, les zadistes continuent d'occuper les lieux et semblent même de plus en plus nombreux. "Il y a sans doute une erreur d'interprétation du gouvernement", selon Eddy Fougier. En abandonnant l'aéroport, ils pensaient "faciliter l'évacuation de la ZAD (...) Le zadisme n'est pas uniquement un mouvement qui bloque et sabote. C'est aussi un mouvement qui veut créer, dans des espaces dits libérés, une communauté alternative, autonome (...) Ça travaille la société, il y a une tentation de sortir du système au-delà de l'anti-système", souligne Eddy Fougier.

Entendu sur Europe 1
Le zadisme n'est pas uniquement un mouvement qui bloque et sabote. C'est aussi un mouvement qui veut créer, dans des espaces dits libérés, une communauté alternative, autonome 

Un sentiment différent de celui des 70's. Si on remonte dans le passé en ce qui concerne les luttes, le politologue observe une "grande différence par rapport aux années 70 : avant l'extrême gauche avait le sentiment que l'histoire soufflait dans ses ailes et qu'elle pouvait éventuellement envisager une révolution, aujourd'hui, dans ces mouvements, il y a souvent une sorte de sentiment d'impuissance, de renoncement. Mais ils parviennent à bloquer des maillons du système", explique le spécialiste, qui voit en eux une certaine réussite : "Ils mettent en place une alternative. Notre-Dame-des-Landes était par exemple en état d’autosuffisance alimentaire."

Jurisprudence. Pour le gouvernement, s'ajoute à la difficulté idéologique l'obsession d'éviter tout dérapage. "Il y a deux jurisprudences", explique le politologue. L'une qui a directement concerné le site, l'opération César en 2012. "Il y a eu une première évacuation très compliquée avec beaucoup d'images plutôt en défaveur des forces de l'ordre", le tout suivi "d'une réoccupation. Et bien sûr, la deuxième jurisprudence c'est Rémi Fraisse en 2014, avec ce décès d'un militant à Sivens." Des situations que le gouvernement cherche à tout prix à éviter.