Nice : à 11 ans, Ryan a cru que sa vie allait "s'arrêter là"

  • A
  • A
Partagez sur :

Ryan, 11 ans, était avec sa famille sur la Promenade des Anglais à Nice, au soir du 14-Juillet. Il livre aujourd'hui un témoignage d'une grande maturité.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

"J'ai vu des gens s'écrouler, tomber, mourir. Ça m'a fait très mal au cœur". C'est d'une voix calme et posée que Ryan, 11 ans, se souvient des scènes d'horreur dont il a été témoin, au soir du 14-Juillet sur la Promenade des Anglais. Comme beaucoup d'enfants, il était venu assister au feu d'artifice avec ses parents. Cette belle soirée, festive, s'est brisée lorsqu'un camion fou a foncé sur la foule, faisant au moins 84 morts et de très nombreux blessés.

On ne s'en sortira pas. Le mouvement de panique qui a suivi le passage du camion l'a marqué. "J’ai vu un enfant courir tout seul, il a perdu sa famille. J'ai vu des gens s'évanouir", se remémore le jeune garçon. "Je me suis dit 'c'est bon, ma vie va s'arrêter là. On n'a pas de chance de s'en sortir'".

"J'ai eu de la chance". Par miracle, lui et sa famille sont sains et saufs. "Je me dis que j'ai eu de la chance car beaucoup de gens sont morts et moi j’ai survécu avec ma famille", explique-t-il. Devant l'inexplicable violence de l'auteur des faits, Ryan, pourtant si jeune, parvient à regarder la situation avec recul et clairvoyance. "Ils disent qu’ils tuent des gens en l’honneur de Dieu alors que ce n’est pas vrai", analyse le jeune garçon.

Guérir en parlant. Depuis quatre jours, Ryan dort mal et ressasse beaucoup. "Des fois, je me couche vers 3-4h du matin, je n’arrête pas d’y penser", raconte-t-il. Dans sa tête d'enfant, déjà très mature, les images commencent doucement à s'effacer. "Quand j’en parle, je sors tout et ça me fait du bien".