Loiret : des militants bloquent une chaîne d'abattage de porcs

  • A
  • A
Loiret : des militants bloquent une chaîne d'abattage de porcs
Image d'illustration.@ FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :

La police est intervenue pour déloger la cinquantaine de militants venue de toute la France pour bloquer un abattoir près d'Orléans. 

Une cinquantaine de militants de l'association 269 Life Libération Animale, opposée à toute forme d'exploitation animale, se sont introduits durant la nuit de mercredi à jeudi dans un abattoir près d'Orléans, dans le Loiret, et ont bloqué la chaîne d'abattage, a-t-on appris auprès de l'association et de source policière.

Des militants venus de toute la France. Les militants, venus des quatre coins de la France mais aussi de Belgique et de Suisse, ont pénétré dans l'entreprise Tradival à Fleury-les-Aubrais, vers 3 heures du matin, avant que les salariés de cet abattoir de porcs ne prennent leur service. La police est intervenue trois heures plus tard pour les déloger. Les deux principaux responsables, Tiphaine Lagarde et Ceylan Cirik, ont été placés en garde à vue. Libérés vers 12h30, ils sont convoqués en décembre devant le tribunal correctionnel d'Orléans pour répondre d'une intrusion et de dégradations dans un lieu privé ainsi que d'entrave au travail.

Un porc symboliquement "exfiltré". Life Libération animale a indiqué avoir symboliquement "exfiltré" un porc qui devait être tué. L'animal ainsi sauvé a été emmené dans un "sanctuaire" que possède l'association en un lieu tenu secret. "Nous sommes dans une logique pacifiste mais aussi d'action directe", a expliqué Sophia Chefai, porte-parole de l'association. "Nous en sommes déjà à notre huitième 'prise d'assaut' d'abattoir depuis le mois de novembre. L'objectif c'est de résister le plus longtemps possible, sans violence contre la police ni contre le personnel, pour retarder au maximum la mort des animaux", a-t-elle précisé."Nous considérons qu'il n'y pas de hiérarchie entre les espèces et nous sommes contre toute forme d'exploitation animale", a ajouté Sophia Chefai pour expliquer que l'association "ne milite donc pas pour l'amélioration des conditions d'abattage mais sa disparition pure et simple".

La société Tradival, dont le site de Fleury-les-Aubrais est spécialisé dans la production de viande de porc, n'a pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.