L'enseignement de la morale à l'école, "une absurdité" selon Enthoven

  • A
  • A
Partagez sur :

LA MORALE DE L'INFO - Selon le philosophe Raphaël Enthoven, l'enseignement moral et civique à l'école n'est pas une bonne méthode. 

C'est une des grandes nouveautés de la rentrée : l'arrivée d'une nouvelle matière, l'Education morale et civique (EMC, la "morale laïque" promise par Vincent Peillon). Elle s'adresse aux élèves du CP à la terminale, pour transmettre les valeurs de la République et développer l'esprit critique. Selon le philosophe Rapahaël Enthoven, cette nouveauté est tout simplement une "absurdité".

"Les enseignants n'ont pas été formés". "Le mode de transmission de l'enseignement moral et civique est en contradiction direct avec son contenu", explique le chroniqueur d'Europe 1 Raphaël Enthoven, qui dénonce au passage le manque de formation des enseignants. "On demande à des enseignants de former des élèves à un contenu à la transmission duquel eux-mêmes n'ont pas été formés". Les syndicats d'enseignants avaient d'ailleurs demandé le report de l'EMC à la rentrée 2016, jugeant que le ministère avait voulu aller trop vite après les attentats de janvier à Paris. Les programmes d'EMC n'ont été publiés que fin juin et les manuels ne seront prêts qu'à la rentrée 2016, compliquant l'élaboration des cours.

Des cours à "périr d'ennui" ! Quel est le but de l'enseignement moral et civique ? "Comprendre ses émotions et celles des autres, le sens des règles du vivre-ensemble, le pluralisme des opinions, l'égalité des sexes et le principe de la communauté des citoyens", liste le philosophe sur Europe 1 s'appuyant sur les objectifs fixés par l'Education nationale. "C'est à périr d'ennui !" "Les élèves comme les professeurs vont attendre ces cours comme la fraise du dentiste", ironise-t-il. 

"La République, ce n'est pas une discipline". "Faire de ces évidences la matière d'une théorie ou d'un enseignement, c'est jeter le doute sur ces évidences elles-mêmes", s'insurge encore Raphaël Enthoven. "Comment voulez-vous transmettre la laïcité si elle devient elle-même un catéchisme ? Comment transmettre la liberté de penser si vous la présentez comme un dogme ? Comment enseigner l'égalité si vous l'enseignez par le haut ? Les écoles de la République, ce ne sont pas des camps de la tolérance. La République, ce n'est pas une discipline comme l'Histoire, les langues ou l'orthographe", raille-t-il encore. 

Plus de cours de philo à la place. Raphaël Enthoven propose une solution de remplacement pour ces EMC. "Au lieu de faire la morale aux élèves, mieux vaudrait les aider à comprendre par eux-mêmes que la loi est une condition de la liberté", explique-t-il. "Au lieu d'inculquer des valeurs qu'on ne questionne pas, leur apprendre à douter de ce qu'ils pensent et de se méfier par exemple des réseaux sociaux. Bref, au lieu de ce machin qui ne marchera pas mais étendre les cours de philosophie aux classes de Seconde et de Première". L'appel est lancé.