Grippe aviaire : la filière du foie gras entre colère et inquiétude

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

"Moralement, on est cassé", explique un producteur de foie gras. Les professionnels des Landes estiment que le gouvernement manque à ses engagements pour les indemniser et les protéger.

REPORTAGE

L'inquiétude pointe derrière la colère des éleveurs landais de volailles. Selon leurs comptes, il manque au moins 30 millions d'euros aux indemnisations promises par le gouvernement après deux crises de grippe aviaire. Ils ne comprennent pas pourquoi ces sommes tardent à être versées… Et se sentent vulnérables à l'approche de l'hiver.

"On n'est pas du tout sûr que les mesures ont été prises pour éviter une troisième crise qui serait malheureusement fatale pour la profession", explique Didier, éleveur. Également maire d'une petite commune des Landes, il participait à un rassemblement d'environ 600 éleveurs samedi à Castelnau-Chalosse.

"Un véritable scandale". Les appréhensions des éleveurs landais sont à la hauteur de leur amertume. Jean-Marie Ducazaux est producteur de foie gras. Il n'a touché aucun revenu depuis mars dernier et les indemnisations n'arrivent toujours pas. "Il y a 30% des paysans en France qui ont aujourd'hui un revenu de 364 euros par mois. C'est un véritable scandale", attaque-t-il. "Ils se flinguent, c'est pas étonnant, ils disparaissent, ils bouffent de la merde, c'est comme ça. C'est usant. Moralement, on est cassé."

Dans les Landes, la filière avicole emploie plus de 6.000 personnes. Une nouvelle crise sanitaire serait une catastrophe pour le département lui-même.