EN IMAGES - Dans les coulisses du nouvel hôtel Lutetia

  • A
  • A
Partagez sur :

Europe 1 a pu visiter l'hôtel mythique de la capitale française juste avant sa réouverture au public, jeudi à 10 heures.

C'est un lieu emblématique de la rive gauche. L'hôtel Lutetia rouvre ses portes jeudi, après quatre ans de travaux. Les plus grands artistes y sont passés, certains y avaient même leurs habitudes : Samuel Beckett, André Malraux, Pablo Picasso, Henri Matisse ou encore Antoine de Saint-Exupéry. Europe 1 a pu se glisser à l'intérieur du palace, juste avant son ouverture au public.

"On est très ému et impatient". Dans l'immense hall en marbre, les ouvriers s'affèrent, sous la lumière d'un imposant lustre en verre art déco de 500 kilos. Quelques câbles à brancher, quelques barres en laitons sont à lustrer avant l'arrivée des premiers clients. À la réception, Marouane est impatient de voir les clients pousser à nouveau l'immense porte tambour de l'entrée. "On est très ému et impatient, car on attendait vraiment la réouverture et de faire découvrir aux clients ce nouveau lieu", confie-t-il.

Façade

Facade du Lutetia ©Lutetia

One bedroom Suite

One Bedroom Suite ©Lutetia

Salle de bain

Salle de bain ©Lutetia

verrier

La verrière Saint Germain ©Lutetia

800 euros la nuit minimum. Dans les étages, de longues coursives en marbre et eucalyptus mènent aux 184 chambres. Prix d'une nuit ? 800 euros, minimum. 20.000 pour le suites les plus luxueuses. Les plus petites bourses opteront pour le bar Joséphine, hommage à l'actrice Joséphine Baker. Au plafond, on retrouve une immense fresque fleurie découverte pendant la rénovation, confie Marine Moscovici-Servat, de l'équipe du Lutetia. "On avait beau avoir des images d'archives, on ne s'attendait pas du tout à la retrouver. Elle était derrière sept couches d'enduis et de peintures", explique-t-elle.

Spa 2

Spa ©Lutetia

bar

Le bar Joséphine ©Lutetia

Bar Joséphine

Le bar Joséphine ©Lutetia

Fleuron de l'Art déco, le Lutetia n'oublie pas son histoire. Une plaque sur la façade rappelle son rôle pendant la Seconde Guerre mondiale : siège des services de renseignements allemand, avant d'accueillir, en 1945, les rescapés des camps.