Dites au revoir au blues du dimanche soir

  • A
  • A
Partagez sur :

Comment en finir avec ce sentiment d'ennui et de morosité qui s'insinue sournoisement en nous le dimanche soir ? Le psychiatre Florian Ferreri sort un livre de conseils pour savoir appréhender la fin de semaine.

Le malaise est bien présent, tapi au fond de l'esprit. Le dimanche soir est là avec cette perspective de la semaine, du lundi où il faut tout recommencer. Ce goût de plomb qui gâche la fin du week-end est devenu un véritable phénomène de société qui touche indistinctement hommes et femmes, voire enfants qui reprennent l'école. Et ce, même si l'épanouissement au travail n'est pas en cause. Pour éviter ce trouble parfois assorti de maux de tête, de l'impression d'avoir une boule au ventre, d'irritabilité ou d'insomnie, Florian Ferreri, psychiatre à l'hôpital saint-Antoine à Paris a écrit Vaincre le blues du dimanche soir (Hachette).

Dans l'ouvrage, en librairies ce lundi, le spécialiste donne quelques clés pour passer le cap du dimanche soir de manière plus sereine. Voici trois pistes à suivre pour se sentir mieux.

  •  Agir. Il est préconisé de garder un rythme durant le week-end qui se rapproche de celui de la semaine. Gare aux grasses matinées et aux siestes qui reculent l'heure et l'envie d'aller se coucher. Certes, c'est le week-end, et il est possible de se lever un peu pus tard mais l'idée est aussi de profiter du temps libre pour sortir et faire des activités.

  •  Éloigner les corvées. De manière plus agréable, il est conseillé de proscrire toute corvée le dimanche soir. Adieu repassage ou paperasserie qu'il vaut mieux remplacer par des activités ludiques.

  •  Se détendre. Place également à la détente, à la relaxation et à la méditation, pour éviter de se focaliser trop en amont sur ce qui se passera le lendemain. Cela peut se matérialiser par le fait de s'offrir un bon bain ou de se plonger dans un livre.