Des quartiers comme Molenbeek en France ? Un "raccourci extrêmement problématique"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Des quartiers en France présentent-ils des similitudes avec Molenbeek, comme l'a affirmé Patrick Kanner sur Europe 1. Pour le sociologue Antoine Jardin, la question est loin d'être aussi simple.

INTERVIEW

"Il y a aujourd'hui une centaine de quartiers en France qui présentent des similitudes potentielles avec Molenbeek". C'est ce qu'a affirmé Patrick Kanner, le ministre de la Ville sur Europe 1 dimanche matin. Pour le sociologue Antoine Jardin, interrogé lundi matin sur Europe 1, "cette formulation peut poser problème car on ne sait pas sur quels critères on compare les quartiers".

Un raccourci "dangereux". Si "du point de vue socio-économique, du chômage, de la composition socio-démographique, il y a des similarités avec Molenbeek et ce qu’on peut trouver en France", Antoine Jardin a mis en garde contre une association trop rapide entre "ces similarités sociales et un risque terroriste équivalent". "C'est un raccourci extrêmement problématique, c'est très dangereux", a-t-il jugé.

La République plus présente dans les quartiers. Quant à savoir si la République a reculé dans certains quartiers français, Antoine Jardin voit là encore une distorsion de la réalité. "Il est difficile de se dire que la République s’est retirée de ces quartiers car elle n’y a jamais été vraiment présente", a-t-il constaté. Pour le sociologue, il existe un "imaginaire doré dans lequel tout fonctionnait bien, dans les années 1950-1960. Ce n'était pas du tout le cas. Il y avait des quartiers extrêmement marginalisés, dans lesquels il y avait certes moins de chômage car la situation économique globale était meilleure". Selon Antoine Jardin, la République est "plus présente aujourd'hui qu'elle ne l'était hier" dans ces quartiers difficiles, bien qu'elle le soit moins que dans d'autres pays européens. 

Des djihadistes issus de zones différentes. Se focaliser sur de prétendues similitudes sociales risquerait de se détourner des vrais problèmes, estime le spécialiste. "Il ne pas limiter la question des groupes terroristes aux quartiers les plus marginalisés". A ce propos, Antoine Jardin a rappelé la multiplicité des zones où l'on constatait une radicalisation de certains jeunes. "Si on prend les attentats de janvier, les frères Kouachi venaient des Buttes-Chaumont, Amedy Coulibaly venait de Montrouge, ce ne sont pas exactement les quartiers les plus marginalisés de France", a-t-il souligné. "Il faut rester extrêmement prudent sur le mécanisme".