Chasse : l'homme "en slip et à la pelle" jugé jeudi pour violences

  • A
  • A
Chasse : l'homme "en slip et à la pelle" jugé jeudi pour violences
L'agriculteur, son fils et son frère, comparaissent jeudi devant le tribunal correctionnel de Dax@ GAIZKA IROZ / AFP
Partagez sur :

Deux cent chasseurs sont attendus à Dax, dans les Landes, pour soutenir l'agriculteur "en slip" et sa famille.

Les images avaient fait le tour d'Internet en novembre 2015. Un agriculteur furieux avait agressé avec une pelle des militants de la protection des oiseaux, sans prendre le temps d'enfiler un pantalon. L'échauffourée avait nécessité l'intervention des gendarmes. Cet homme ainsi que son fils et son frère comparaissent jeudi devant le tribunal correctionnel de Dax, dans les Landes, pour ces faits de violences, rapporte Sud Ouest

Une action militante qui tourne mal.Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), et une demi-douzaine de militants avait lancé ce jour-là une opération contre le braconnage des petits pinçons et autres espèces d'oiseaux protégés dont certains landais sont adeptes. Pour dénoncer cette chasse illégale, ils tentaient d'enlever les pièges à oiseaux devant les caméras de France Télévisions. Un agriculteur furieux avait alors entrepris de chasser les écologistes de sa propriété avec une pelle. La violente altercation qui s'en était suivie n'était pas passée inaperçue. L'homme était sorti en slip et l'image avait largement été partagée et détournée sur les réseaux sociaux.



Passer à autre chose. Désormais, le fils de l'agriculteur en question veut tourner la page. "Qu'on en finisse une bonne fois pour toutes", a-t-il confié à France Bleu Gascogne. "C'est très dur à vivre, c'est pesant, on dort mal. Eux [la LPO] sont des procéduriers qui ont l'habitude des procès. Nous nous descendons dans l'arène et nous ne savons pas comment réagir... On espère que la justice va nous comprendre", explique-t-il.

Un "braconnage médiatique". Henri Emmanuelli, le président du conseil départemental des Landes, avait dénoncé à l'époque "un braconnage médiatique". La famille des agriculteurs ont porté plaine pour violation de leur droit à l'image et de leur propriété. Ils ont aussi demandé des poursuites sont les militants qui avaient fait tomber leur grande-mère de 89 ans, précise encore France Bleu.

Une mobilisation des chasseurs. Afin de soutenir la famille, Jean-Jacques Lagüe, le président de l’association départementale des chasses traditionnelles à la matole (un piège à petits oiseaux), a lancé un appel à la mobilisation non loin du palais de justice qui accueille également un procès entre une autre association de défense des oiseaux et des braconniers. Deux cent personnes sont attendues.