Battue par son mari pendant quatre ans, elle raconte son calvaire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, Morgane Seliman, auteure du livre "Il m’a volé la vie", a expliqué son quotidien sous les coups de son mari.

Le 31 janvier dernier, François Hollande accordait une "remise gracieuse" de peine à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Morgane Seliman, ancienne femme battue et auteure du livre Il m’a volé la vie, s'est confiée au micro d'Europe 1 mardi, pour poser des mots sur son calvaire.

L'isolement avant les coups. "Quand je tombe enceinte, il pense que je vais lui appartenir et là, il va devenir encore plus méchant". Morgane Seliman a vécu sous les coups de son mari pendant quatre ans. Avant le passage à l'acte, son compagnon avait déjà commencé "son travail". "Avant de tomber enceinte, je n'ai plus d'amis autour de moi, je n'ai plus de famille", confie-t-elle.

Pendant la grossesse, le prétexte pour donner des coups, "ce serait que son fils n'est pas son fils", explique-t-elle. Après la naissance, tous les prétextes sont bons pour être violent et un jeu pervers se met même en place.

"Il va me dire : 'dans quatre heures, je te défonce'". "Le compte à rebours, c'est quelque chose qu'il va mettre en place un peu avant de me taper", explique Morgane Seliman. Ne souhaitant pas battre sa femme devant son fils, le mari violent attend l'heure de la sieste du bébé, à 14h. "Si le matin, à 10h, j'ai par exemple mal rangé la télécommande (...) il va mettre en place un compte à rebours jusqu'à 14h", décrit la jeune femme. "Il va me dire : 'dans quatre heures, je te défonce'. Et puis, au fur et à mesure, il va me dire : 'plus que trois heures', 'plus que deux heures et demie, je serai toi, je me dépêcherais de faire ce que j'ai à faire'".

Le déclic. Paralysée par la peur, comme beaucoup de femmes battues, Morgane Seliman n'arrive pas à fuir, jusqu'au déclic. "Le jour où il a mis une fessée à mon fils, je me suis dit que jamais il ne le retoucherait", se souvient la jeune femme. Depuis, l'homme a été condamné une fois. Il est ressorti de prison, a continué à harceler la jeune femme qui portera plainte une nouvelle fois. En appel, l'homme échappe à une nouvelle condamnation "car la police n'a pas fourni la trace des appels qu'il fait sur mon téléphone", relate Morgane Seliman.

L'ordonnance de protection de la jeune femme a pris fin en novembre dernier. L'auteure du livre Il m’a volé la vie a demandé son renouvellement et a de nouveau porté plainte. Mais depuis, elle attend. "Je n'ai aucune nouvelle, il n'y a toujours rien."