Baromètre Axa : les Français sont de moins en moins bons conducteurs

  • A
  • A
Baromètre Axa : les Français sont de moins en moins bons conducteurs
Selon le Baromètre AXA Prévention, seuls 48% des Français sont de bons conducteurs.
Partagez sur :

SONDAGE - Selon une enquête que dévoile Europe 1, le nombre de bons conducteurs a nettement reculé sur les routes de France. 

3.384 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en 2014. Pour la première fois depuis 12 ans, la mortalité routière a augmenté et le gouvernement a récemment décidé d'adopter des mesures comme la multiplication du nombre de radars. Selon le Baromètre Axa Prévention révélé par Europe 1, les Français se relâcheraient de plus en plus en voiture. La proportion des bons conducteurs représentait 51% des usagers de la route en 2014. Ils ne sont plus que 48% cette année. Seul motif de satisfaction dans cette enquête, la conduite des jeunes s'améliore.

Téléphone-Volant

Les Français toujours accrocs à leur téléphone. Au premier rang des signes de relâchement des pratiques au volant : le téléphone portable. Selon le Baromètre Axa Prévention, 38% des automobilistes téléphonent au volant (contre 34% en 2014). Ils sont également 23% (contre 19% en 2014) à consulter leurs SMS en conduisant et 27% à suivre leur itinéraire sur le GPS de leur smartphone (contre 22% en 2014). Seul point positif, l'utilisation du kit mains libres tend à se généraliser (66% cette année contre 58% en 2014).

Alcool et fatigue, encore trop de mauvais réflexes. Même si, pour une large majorité des conducteurs français, prendre le volant après avoir bu 2 verres est qualifié de dangereux et présente des risques avérés, 28% reconnaissent le faire. Un chiffre qui se dégrade puisqu’ils étaient 26% en 2014. Les Français se relâchent également sur les risques liés aux défauts de vigilance, puisqu’ils sont ainsi 59% à déclarer conduire de nuit pour des longs trajets entre 22 heures et 5 heures (57% en 2014) et 50% à reconnaître prendre le volant ou continuer à conduire alors qu’il se sentent fatigués (47% en 2014). Rappelons ici que l'alcool est la première cause de mortalité sur la route et que la fatigue et la somnolence au volant multiplient par 8 le risque d'accident.

Feu orange

Les feux orange de moins en moins respectés. On observe un léger mieux concernant les excès de vitesse en agglomération : la prise de conscience du danger progresse (74% aujourd'hui contre 69% en 2014). En revanche, la situation reste préoccupante en ce qui concerne les autres comportements au volant en ville. Alors que 56% des conducteurs estiment qu’il est dangereux de ne pas s’arrêter au feu orange (59% en 2014), ils sont pourtant 78% à le faire (72% en 2014). Par ailleurs, l’usage du clignotant est toujours trop souvent oublié puisque seuls 50% des automobilistes pensent à signaler leur changement de direction ou de file de circulation (contre 47% en 2014).

Les jeunes conducteurs sur la bonne voie ? Selon ce Baromètre Axa Prévention, seuls les jeunes automobilistes se distinguent. Et pour cause, les 18-25 ans semblent prendre conscience des dangers qu’ils encourent puisqu’ils sont beaucoup moins nombreux à passer des appels au volant (42% contre 57% en 2014). Ils sont moins nombreux à rouler vite en agglomération et la conduite après une consommation d'alcool a reculé. 21% des jeunes automobilistes prennent le volant après avoir bu 2 verres d’alcool (contre 25% en 2014). Un comportement sur lequel ils se montrent plus vertueux que la moyenne des automobilistes (28%) et que les seniors (25%).

Les Français plus responsables avec des passagers à bord. Les conducteurs français semblent beaucoup plus raisonnables quand d'autres personnes sont avec eux (covoiturage). Alors qu’ils sont 28% à prendre le volant après avoir bu plus de deux verres d’alcool, la proportion chute à 7% lorsqu’ils transportent un ou des passagers. Sur autoroute, 19% reconnaissent rouler à 160/170 km/h quand ils sont seuls, une proportion qui chute à 5% avec la présence d’un passager dans l’habitacle.