Bac 2015 : ce qu’il ne fallait pas oublier dans la copie de philo

  • A
  • A
Bac 2015 : ce qu’il ne fallait pas oublier dans la copie de philo
Des candidats au Bac planchent sur l'épreuve de philo mercredi. @ AFP
Partagez sur :

Des professeurs de philosophie commentent pour Europe 1 les sujets donnés mercredi aux candidats du baccalauréat. 

BAC

Plus de 600.000 candidats ont planché mercredi 17 juin de 8h à 12h sur l'épreuve de philosophie au baccalauréat. Les lycéens ont eu quatre heures pour disserter sur l'art, la conscience, la politique... S'il n'existe pas de corrigé type pour la philosophie, plusieurs professeurs de philosophie ont néanmoins accepté de réfléchir aux sujets donnés et de les commenter pour Europe 1. 

• Bac L

"Respecter tout être vivant est-il un devoir moral ?"

Les notions à aborder. Selon Damien Theillier , plusieurs notions devaient être abordées dans ce sujet : le droit ou le devoir mais aussi la conscience, associée à la raison.

Les pièges à éviter. Ne pas réciter un cours sur le vivant et la machine car le sujet posé est un sujet de philosophie morale et politique. 

Les auteurs à citer. Deux auteurs avaient dans ce sujet leur place : Kant pour penser le respect et le devoir mais aussi Descartes pour penser la différence entre l'animal et la machine. 

La référence à l'actualité. La question de la souffrance animale et des droits des animaux pouvait être soulevée dans ce sujet. 

"Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?"

Les notions à aborder. Pour la professeure de philo, Laurence Hansen-Love, quatre notions étaient indispensables pour traiter ce sujet : la conscience et l'inconscient, l'existence et le temps et "surtout" la liberté. 

Les pièges à éviter.  Pour Damien Theillier , il fallait faire attention à ne pas trop se focaliser sur la psychologie individuelle. 

Les auteurs à citer. Descartes, Sartre, Marx et Freud étaient des auteurs à citer pour ce sujet selon les professeurs de philo interrogés par Europe 1.

La référence à l'actualité. Pour Laurence Hansen-Love, le film d'Emmanuelle Bercot, La tête haute, pouvait être mentionné car "c'est une parfaite illustration du sujet puisque ce jeune homme qu'on suit d'années en années est le pur produit de son passé". 

>> Retrouvez le corrigé complet du Bac L ici

• Bac ES

"La conscience de l’individu n’est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient?"

Les notions à aborder. Selon Lucile Peyre, prof de philo en Terminal, plusieurs notions pouvaient être abordées : la conscience et son pendant, l’inconscience, le sujet, la culture mais aussi la liberté et la morale. On pouvait aussi penser à renverser le sujet en montrant que la société peut aussi être à l'image des consciences des individus. 

Les pièges à éviter. Il fallait éviter d'être trop superficiel et se contenter de dire, par exemple, les médias influencent les gens. 

Les auteurs à citer. Pour Lucile Peyre, deux auteurs pouvaient tout à fait être cités : Marx qui s'est demandé comment la société capitaliste détermine les consciences des individus et Freud qui s'est intéressé à comment l'individu va intérioriser tout ce qui est interdit dans la société. 

La référence à l'actualité. D'après la prof de philo, les études sur le genre et notamment l'ouvrage de Judith Butler, Les troubles sur le genre, qui montre à quel point la société et ses normes déterminent les individus, pouvaient être mentionnées. 

"L'artiste donne-t-il quelque chose à comprendre ?"

Les notions à aborder. L'art, la vérité et même la notion de société étaient ici en jeu, selon Lucile Peyre. Le lycéen pouvait alors développer le thème de l'art engagé par rapport à celui de l'art divertissement. Enfin, il était aussi intéressant de renverser le sujet en montrant qu'une oeuvre échappe aussi à son créateur avec le regard forcément subjectif du spectateur sur ladite oeuvre. 

Les pièges à éviter. Ne pas se contenter d'un catalogue d'oeuvres engagées. 

La référence à l'actualité. Le sujet pouvait être relié aux événements de janvier avec les caricatures de Charlie Hebdo : un art qui essaye de faire comprendre mais que tout le monde n'est pas prêt à voir. 

>> Retrouvez le corrigé complet du Bac ES ici

Bac S

"Une oeuvre d'art a-t-elle toujours un sens ?"

Les notions à aborder. L'art et le sens étaient les deux notions incontournables de ce sujet. On pouvait aussi penser à la "beauté" ainsi qu'à "la réalité", selon Sylvain Bosselet, agrégé de philosophie. 

Les pièges à éviter. Il fallait éviter le plan démembré en faisant une première partie sur l'art, la deuxième sur le sens et une troisième sur la réunion des deux. 

Les auteurs à citer. Platon dans Timée 28 b, Emmanuel Kant avec Critique de la faculté de juger mais aussi Positions anticulturelles de Jean Dubuffet pouvaient être cités. 

"La politique échappe-t-elle à l'exigence de la vérité ?"

Les notions à aborder. Bien sûr, la politique et la vérité étaient les deux grandes notions du sujet. La morale et la religion mais aussi la nature pouvaient être citées. 

Les pièges à éviter. Le piège consistait dans ce sujet à répondre par des vérités matérielles, des réponses faciles ou clichés. 

Les auteurs à citer. Aristote, Kant mais aussi Rousseau et son Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes ou encore Hobbes et son Citoyen pouvaient être cités. 

>> Retrouvez le corrigé complet du Bac S ici

• Bac technologique :

Les candidats du bac technologique ont quant à eux planché sur sur ces deux sujets : 

La culture fait-elle l'homme ? 

Peut-on être heureux sans être libre ? 

Les lycéens réunionnais ont eux travaillé sur les sujets secours. Le rectorat de l'île avait, en effet, diffusé aux journalistes les sujets bien avant l'heure autorisée, faisant craindre des fuites. Voici leurs sujets : 

Faut-il craindre la liberté ? 

Les échanges contribuent-ils au bonheur ? 

>> Décrocher une mention au bac, ça sert encore à quelque chose ? La réponse en vidéo :


Bac : avoir une mention sert-il encore à...par Europe1fr