Aulnay-Sous-Bois : Théo et cinq membres de sa famille placés en garde à vue pour des soupçons d'escroquerie

  • A
  • A
Partagez sur :

Théo, son frère aîné et trois autres membres de leur famille ont été interpellés et placés en garde à vue lundi pour des soupçons d'escroquerie en bande organisée.

Théo, le jeune homme gravement blessé à l'anus lors d'une interpellation à Aulnay-sous-Bois en 2017, son grand frère Mickaël et quatre autres membres de leur famille ont été interpellés mardi matin à Aulnay-sous-Bois par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, selon une information du Le Parisien confirmée par Europe 1. Ils sont soupçonnés d'escroquerie aux aides de l'État.

Cinq interpellations et placements en garde à vue. En mars dernier, Mickaël L., 34 ans, avait été convoqué par la police judiciaire mais ne s'y était pas rendu. Cette fois-ci, les forces de l'ordre sont allées le chercher au domicile de ses parents. Ils ont également interpellé et placé en garde à vue Théo et quatre autres membres de leur famille.

Des interpellations que regrette lundi matin Antoine Vey, l'avocat de Théo, au micro d'Europe 1. "Nous avions pourtant écrit depuis de nombreux mois [aux policiers] en indiquant qu’ils se tenaient à la disposition des enquêteurs pour répondre à toutes questions. Et on voit, et c’est assez malheureux, que la police a décidé de venir les interpeller alors qu’une simple convocation suffisait. Et donc ça augure d’une certaine volonté de nuire, au moins sur le plan de l’image", estime-t-il.

Une information judiciaire de 2016. Cette opération fait suite à une enquête commencée mi-2016 à la suite d'un signalement de 2015, soit plusieurs mois avant l'affaire très médiatique de l'interpellation du jeune homme de 22 ans. Une information judiciaire ouverte contre X pour "escroquerie en bande organisée, abus de confiance et blanchiment" a été ouverte en août 2017.

Trois associations concernées. Les investigations portent sur le fonctionnement de trois associations, dont "Aulnay Events", présidée par le frère de Théo. Une deuxième association, domiciliée dans le XVIIIe arrondissement de Paris a également fait l'objet d'un signalement, en avril 2017.

À chaque fois que Mickaël L. recrutait des salariés sous contrat d'avenir, ceux-ci n'étaient pas payés et l'Ursaff ne percevait pas les cotisations, sauf lorsqu'il s'agissait de l'un de ses proches, explique Le Parisien. Or les associations ont reçu des subventions de plusieurs centaines de milliers d'euros de l'État pour ces contrats. À titre d'exemple, Théo aurait reçu à lui seul 52.000 euros.

Un simple problème de gestion ? Mickaël L. a déjà été condamné par les prud'hommes pour cette affaire et est interdit bancaire. Les associations concernées par l'enquête sont en liquidation judiciaire.