Aude : un homme écroué pour avoir frappé à mort un retraité

  • A
  • A
Aude : un homme écroué pour avoir frappé à mort un retraité
Le trentenaire, qui refuse de s'exprimer, a été mis en examen pour "meurtre" et "violences volontaires aggravées".@ Capture d'écran Google Maps
Partagez sur :

L'agresseur, âgé de 32 ans, a frappé à mort un sexagénaire devant une maison de retraite samedi soir, blessant également 14 personnes en percutant des véhicules avec un fourgon.

Un homme de 32 ans a été mis en examen et écroué lundi pour avoir frappé à mort samedi soir un sexagénaire à Lézignan-Corbières (Aude) et avoir blessé 14 personnes en percutant des véhicules avec un fourgon, a-t-on appris auprès du parquet de Narbonne.

Sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants. Le trentenaire, qui refuse de s'exprimer, a été mis en examen pour "meurtre" et "violences volontaires aggravées", et placé en détention, a-t-on précisé au parquet. Selon les premiers éléments de l'enquête, le meurtrier présumé, "en état d'ivresse" et "sous l'emprise de stupéfiants", a d'abord percuté des véhicules dans les communes de Saint-Marcel et Saint-Nazaire. Arrivé vers 20h30 à Lézignan-Corbières, il a alors embouti d'autres véhicules. Ces multiples accidents ont fait 14 blessés. Certains se sont vu prescrire huit jours d'interruption totale de travail (ITT), selon la même source.

Coups de canne ou de bâton. Pour une raison encore inconnue, le suspect s'en est ensuite pris à deux hommes qui discutaient devant une maison de retraite, frappant mortellement le premier, un homme de 67 ans, avec une canne ou un bâton pris au second. Les secours arrivés sur place n'ont rien pu faire pour sauver la victime, avait précisé le maire de la commune, Michel Maïque. Le compagnon de la victime, lui aussi visé, s'est vu prescrire 5 jours d'ITT. Cinq autres personnes ont été blessées lors de l'interpellation du suspect, a précisé le parquet.

Condamné à onze reprises. Selon la direction de la maison de retraite, qui fait part de la violence des faits et de l'incompréhension des résidents, les lieux du crime constituaient un point de rendez-vous habituel des personnes âgées en début de soirée. Le sexagénaire décédé était résident de l'établissement depuis 2014. Des "recherches approfondies" sur la personnalité du mis en cause doivent être menées, a-t-on précisé au parquet. Ce dernier, sans profession au moment des faits, avait déjà été condamné à onze reprises pour des délits routiers, des faits de violence, d'outrage ou de dégradations. L'autopsie de la victime doit avoir lieu dans la semaine.