Attentat de Nice : "Ça me hante", confie Alexandre, qui avait tenté d'arrêter le camion

  • A
  • A
Partagez sur :

Il y a un an, Alexandre avait tenté d'ouvrir la cabine du camion lancé sur la foule, ralentissant le terroriste. Il ne cesse depuis de penser à l'attentat.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Vendredi 14 juillet 2017 marquera le premier anniversaire de l'attentat de la promenade des Anglais à Nice où un camion avait foncé sur la foule rassemblée après le feu d'artifice, faisant 86 morts et des centaines de blessés. Il y a un an, Alexandre, qui circulait à vélo, avait tenté d'arrêter le conducteur lancé dans sa course meurtrière, en lâchant son deux-roues et en courant derrière le camion pour tenter d'en ouvrir la portière, avant de se faire braquer. A la veille des commémorations de l'attentat, il s'est livré au micro d'Europe 1.

"On ne peut pas oublier". "C'est un petit peu de pression par rapport à l'hommage et tout ce qui va se passer. C'est une journée de commémorations. En plus de ça, on me remet une médaille, la Légion d'honneur. C'est difficile devant les familles des victimes d'être médaillé comme ça. On ne peut pas oublier franchement", énonce-t-il la voix brisée. "Tous les jours, j'ai des images de l'attentat, de ce que j'ai pu faire, de ce que j'ai pu voir, le visage de la personne... si on peut appeler ça une personne... dans le camion", dit-il du terroriste. "Après, j'ai des images de cris, de personnes au sol, ça me hante au bout du compte."

Entendu sur Europe 1
Tous les jours, j'ai des images de l'attentat, de ce que j'ai pu faire, de ce que j'ai pu voir

Il a néanmoins choisi de se rendre à cette journée de cérémonie. "Tout le monde est là et je pense que ça peut m'aider moi aussi. Ça fait un an que j'évite de prendre des vacances parce que j'ai peur de rien faire, de ne pas m'occuper l'esprit. Là, j'ai décidé de prendre des vrais vacances." Ce seront les premières depuis presque un an et demi. "C'est difficile", conclut-il.

Emmanuel Macron à Nice. La journée d'hommage débutera par une cérémonie inter-religieuse fermée aux médias. Parallèlement, la population sera invitée à venir remplir un livre d'or et déposer des plaques bleu-blanc-rouge sur le trottoir de la Promenade des Anglais. Ces tuiles tricolores composeront les lettres d'un message choisi par l'association des victimes de l'attentat, Promenade des Anges, qui sera dévoilé le soir à 20 heures. Emmanuel Macron rencontrera également les familles des victimes et les personnels mobilisés le soir de l'attentat à partir de 16h30. Un concert hommage et un lâcher de ballons sont également prévus dans la soirée, mais aucun feu d'artifice ne sera tiré, en signe de deuil.