Charlie Hebdo : comment démonter la "théorie des deux voitures"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

DOC - "Spicee", média d'information en ligne, publie le premier numéro de "Conspi Hunter", une série de documentaires visant à mettre en lumière et démonter les mécaniques à l'oeuvre dans les "théories du complot".

Les deux images, publiées par les médias et relayées sur les réseaux sociaux il y a tout juste un an, lors de l'attaque de Charlie Hebdo, avaient enflammé la sphère "complotiste" : une photo de la voiture des frères Kouachi où l'on aperçoit des rétroviseurs de couleur noire, une autre où ils apparaissent blancs. Selon certains partisans de la théorie du complot, c'est le signe qu'il y avait deux voitures, contrairement à ce qu'affirment les autorités et les médias. Autrement dit, c'est le signe que l'attaque et son traitement médiatique ne sont qu'une mise en scène.

Un an plus tard, "Spicee", média d'information en ligne, publie, en partenariat avec Europe 1, le premier numéro de "Conspi Hunter" (la vidéo ci-dessus, en illustration de l'article), une série de documentaires visant à mettre en lumière et démonter les mécaniques à l'œuvre dans les "théories du complot". Ce premier numéro est précisément consacré à cette théorie des "deux voitures". Le but : montrer que ces théories ne reposent sur rien. Comment le savoir ? En se posant systématiquement, face à une information, trois questions : quelle est la source de ces théories ? Que se passe-t-il si on les pousse jusqu'au bout ? N'y a-t-il pas une explication de bon sens à mettre à la place ?

Concernant la première question, appliquée à la théorie des deux voitures, le documentaire montre que la rumeur est d'abord lancée par des anonymes, qui la diffusent sur les réseaux sociaux ou sur Youtube. Elle est ensuite partagée des milliers de fois, puis reprise part des sites "spécialisés" dans les théories conspirationnistes. Mais à aucun moment elle n'est évoquée par des experts ou des journalistes professionnels, ni en France ni dans le monde. Ces sites reprennent une information et ils ne savent même pas d'où elle vient. 



Pour répondre à la deuxième question, le documentaire fait intervenir Rudy Reichstadt, le fondateur du site ConspiracyWatch.info. Selon lui, si l'on pousse la théorie jusqu'au bout, il faut admettre l’existence d'une seconde voiture... et le fait que quelqu'un la cache. Or, aucune preuve, ni aucun témoignage n'apporte le début d'une information là-dessus, y compris sur les sites conspirationnistes.

>> Est-il vraiment pertinent de s'attaquer à cette théorie ? la réponse du réalisateur ici. 

Enfin, pour répondre à la troisième question, les journalistes du documentaire se rendent dans une concession automobile, et démontrent que la différence de couleurs des rétroviseurs que l'on aperçoit sur les images est simplement due... au degré d'exposition au soleil de ces rétroviseurs en métal chromé. Au soleil, tout rétroviseur de ce type, tout noir qu'il est à l'origine, devient blanc. Vous pouvez réitérer l'expérience vous même. 

D'autres documentaires à suivre. Spicee prépare trois autres modules de ce type : un premier spécialement centré sur "les trois questions à se poser" face à toute théorie du complot, un deuxième sur le démontage d’une autre théorie (le policier n’aurait pas été tué boulevard Richard Lenoir lors de l'attaque de Charlie Hebdo) et un dernier sur "comment basculer dans le complotisme en trois clics". 

Cuba a inventé le vaccin contre le Sida. Avant de parvenir à ce résultat, les réalisateurs du documentaire avaient, en décembre, publié une première vidéo. Ils y montraient comment ils ont eux-même réussi à réaliser et à faire accepter un film complotiste, toujours dans le but de comprendre et dénoncer les mécaniques à l'oeuvre dans la propagation de ce type d'information.

Leur faux film affirmait ainsi que le Sida avait été inventé par les Etats-Unis. Et que la fin de l'embargo à Cuba s'expliquait par le fait que l'île a réussi à trouver un vaccin contre le virus, que les Etats-Unis voudraient se procurer. Ce "fake" a été mis en ligne trois semaines, vu plus de 10.000 fois, partagé un millier de fois et repris par deux des principaux sites complotistes (Réseau International et Wikistrike), le tout sans aucune vérification de l'information.

S'ils ne s'attaquent pas (pour l'instant) aux théories les plus fumeuses (comme celle qui affirme, par exemple, que les terroristes de Charlie Hebdo auraient délibérément laissé traîner une carte d'identité dans leur voiture, afin que la France puisse accuser les djihadistes et l'islam), ces documentaires montrent efficacement comment fonctionne et se répand une théorie complotiste. Et quels sont les réflexes de base à adopter face à n'importe quelle information.