Air Cocaïne : Christophe Naudin fixé le 15 septembre sur sa détention provisoire

  • A
  • A
Air Cocaïne : Christophe Naudin fixé le 15 septembre sur sa détention provisoire
@ ERIKA SANTELICES / AFP
Partagez sur :

Détenu en République Dominicaine, le Français impliqué dans l'évasion des deux pilotes de l'affaire "Air Cocaïne" a fait appel de sa condamnation. 

La justice dominicaine a reporté au 15 septembre l'audience de révision du placement en détention provisoire du Français Christophe Naudin, pour son implication dans l'évasion des deux pilotes de l'affaire "Air Cocaïne".

Audience renvoyée. L'audience "a été renvoyée car (le procureur) Milciades Guzman avait une autre audience", a expliqué Miguel Valerio, l'avocat dominicain de l'accusé, à la sortie du tribunal. Escorté par trois policiers, le Français est apparu à l'audience amaigri, avant d'être reconduit vers la prison de Najayo, a proximité de la capitale. Début mars, peu après son extradition depuis l'Egypte, une première période de trois mois de prison avait été ordonnée contre cet expert en sécurité aérienne de 53 ans. Invoquant des risques "d'évasion", le procureur dominicain avait requis un an. Mais l'accusé ayant fait appel en mai, le délai initial de trois mois avait recommencé à courir avant un nouvel examen prévu ce lundi.

Une affaire jugée "complexe" ? Par ailleurs, le parquet a demandé que cette affaire soit déclarée "complexe", ce qui pourrait permettre de prolonger la détention préventive de Christophe Naudin jusqu'à un an. "Nous attendons d'arriver au fond de ce dossier. Depuis le début, nous avons dit que, à notre avis, Monsieur Naudin ne devrait pas se trouver en République dominicaine mais les autorités affirment le contraire. Désormais, nous attendons de débattre devant le tribunal", a déclaré Me Valerio.

La République dominicaine avait émis un mandat d'arrêt à l'encontre de Christophe Naudin pour sa participation en octobre 2015 à l'évasion des pilotes français Pascal Fauret et Bruno Odos. Les deux hommes avaient été interpellés à Punta Cana dans la nuit du 19 au 20 mars 2013, alors que le Falcon 50 qu'ils pilotaient s'apprêtait à décoller pour Saint-Tropez (Var) avec à son bord, vingt-six valises contenant 680 kg de cocaïne. Condamnés à 20 ans de prison par la justice dominicaine pour trafic de drogue, ils avaient fui en France avant leur procès en appel. Leur condamnation a depuis été confirmée.