15.000 euros d'amende pour un curé qui avait gardé l'argent de la quête

  • A
  • A
15.000 euros d'amende pour un curé qui avait gardé l'argent de la quête
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Les enquêteurs avaient retrouvé 116.000 euros sur les onze comptes bancaires de ce prêtre de l'Eure, de l'argent détourné de la quête.

Un curé de l'Eure, le père Francis Michel, a été condamné vendredi à 15.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d'Evreux pour avoir détourné plus de 100.000 euros sur l'argent de la quête.

"Abus de confiance". Le père Michel, longtemps curé de Thiberville, avait comparu début octobre pour "abus de confiance". L'association diocésaine, qui s'était portée partie civile, a obtenu un euro symbolique de dommages et intérêts. Le parquet avait requis 5.000 euros d'amende.

L'argent des baptêmes et des enterrements. Les faits s'étaient produits entre 2006 et 2008. Après une plainte de l'évêché, les enquêteurs avaient retrouvé 116.000 euros sur les 11 comptes bancaires du prêtre qui ne touchait en principe que 900 euros par mois. Ce curé n'était pas en phase avec son évêque, Mgr Christian Nourrichard, et ne restituait pas au diocèse l'argent que lui versaient les fidèles. Plus précisément, le prêtre ne reversait pas au diocèse l'argent reçu à l'occasion de baptêmes et d'enterrements. Pour l'avocate de l'association diocésaine, Me Laurence De Palma, satisfaite de la condamnation, "l'idée n'était pas d'obtenir une condamnation sonnante et trébuchante du père Michel, mais que les faits soient reconnus".

Maroquinerie, piercings et nuits d'hôtels. Si le curé avait la réputation de vivre dans le dénuement, portant une soutane pleine de trous, ses relevés bancaires ont néanmoins révélé des dépenses pour des nuits d'hôtel à Paris, pour de la maroquinerie et, plus curieusement, des piercings. Il aurait versé 30.000 euros à un jeune déshérité qu'il héberge chez lui, pour payer un permis de conduire que le garçon n'a jamais passé. "Je reconnais que je me suis fait rouler dans ma vie", avait expliqué à l'audience le père Michel. "Une fois, un chèque a même servi à acheter de la drogue", avait-il confessé. Le prêtre qui a quitté la paroisse de Thiberville en 2008, est désormais recteur de l'église du Planquay, près de Bernay.