Vaccins : comment savoir si je suis à jour ?

  • A
  • A
Vaccins : comment savoir si je suis à jour ?
@ AFP
Partagez sur :

PRATIQUE - La semaine européenne de la vaccination est l'occasion de faire le point. Car les adultes aussi sont concernés.

Et vous, vous en êtes-où avec vos vaccins ? Si une grande attention est portée à la vaccination des enfants et adolescents jusque 16 ans, les adultes ont tendance à négliger leur suivi. Alors que la semaine européenne de la vaccination bat son plein, Europe1 vous propose de faire le point, recommandations de l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES) à l'appui.

 

Les adultes aussi. Se vacciner, c'est se protéger soi mais c'est aussi protéger les autres et notamment les personnes les plus fragiles qui, elles, ne peuvent pas toujours être vaccinées - nouveau-nés, nourrissons, femmes enceintes, personnes malades, âgées…, rappelle l'INPES sur ses affiches. Les adultes aussi doivent donc être attentifs à ce que leurs vaccinations soient à jour.

Quels vaccins au-delà de 16 ans ? La vaccination contre les papillomavirus est possible jusqu’à 19 ans. Dans ce cas, trois doses sont nécessaires. Pour les jeunes adultes non vaccinés à l'adolescence, la vaccination contre la méningite à méningocoque C est, par ailleurs, recommandée jusqu’à l’âge de 24 ans révolus.

À 25 ans, un rappel est recommandé pour la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche. Et ensuite ? Les rappels contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite se font tous les dix ans, à âge fixe : 45 ans, 65 ans, 75 ans, 85 ans, 95 ans....

La rougeole : jamais trop tard. Contre la rougeole, les rattrapages sont toujours possibles : pour toute personne née depuis 1980 qui n’a pas été vaccinée, deux doses de vaccin espacées d’un mois sont recommandées, une dose pour celles qui n’avaient reçu qu’une seule dose auparavant quelle qu’en soit la date.

Et l'hépatite B ? La vaccination contre le virus de l'hépatite B est possible à tous les âges de la vie.

Comment faire pour savoir vous êtes à jour ? Avoir ses "vaccinations à jour", c’est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et avec le bon nombre d’injections nécessaire pour être protégé. Pour faire le point sur vos vaccinations, le plus simple est de consulter votre carnet de santé ou carnet de vaccination qui doit être mis à jour à chaque vaccination. Ce carnet recense les vaccins et les rappels que vous avez ou que vous devez effectuer.

Et si vous avez perdu votre carnet ? Si vous avez perdu votre carnet de santé ou qu'il ne contient pas suffisamment d'informations concernant vos vaccinations, il est recommandé de consulter son médecin traitant. Si vous avez gardé le même médecin depuis votre enfance c'est l'idéal car il a peut-être gardé une trace des vaccins et des rappels que vous avez déjà effectués. Sinon, le médecin que vous consulterez procédera "un rattrapage" c'est-à-dire qu'il reprendra la vaccination là où elle a été interrompue.

Une grossesse en vue, attention ! Si vous projetez d'avoir un enfant, il est important de faire le point avec un médecin pour savoir si vous êtes protégée contre certaines maladies infectieuses : la rubéole, la rougeole, les oreillons, la varicelle.

Et les seniors ? À partir de 65 ans, le rappel du vaccin combiné tétanique, poliomyélitique et diphtérique doit être effectué tous les dix ans : à 75 ans, à 85 ans...  Et le vaccin contre la grippe ? Il doit être renouvelé tous les ans avant le début de l’épidémie, à l’automne généralement. La vaccination contre la coqueluche est aussi recommandée aux personnes qui gardent fréquemment leurs petits enfants de moins de 6 mois.

Des projets de voyages ? Vigilance. Avant chaque voyage, il est recommandé de consulter un médecin au moins un mois avant le départ. Il vérifiera que vos vaccinations sont à jour et procédera aux vaccinations nécessaires en fonction du pays visité. Cette recommandation est particulièrement essentielle pour les personnes âgées, plus vulnérables aux infections.

>> LIRE AUSSI - La vaccination pour les enfants reste obligatoire en France

>> LIRE AUSSI - Comment une étude erronée de 1998 a relancé la rougeole aux Etats-Unis en 2015