Quatre progrès attendus dans le domaine de la santé en 2018

  • A
  • A
Partagez sur :

Dans "La vie devant soi", Agnès Duperrin, rédactrice en chef du magazine Notre Temps, énumère quelques (bons) changements prévus pour l'année prochaine.

Dans quelques jours, l'aube d'une nouvelle année et avec elle, quelques bonnes nouvelles pour le portefeuille dans le domaine de la santé. Invitée de l'émission La vie devant soi, Agnès Duperrin, rédactrice en chef du magazine Notre Temps, a listé les changements majeurs en matière de dépenses de santé.

Une nouvelle grille des tarifs dentaires. À partir du 1er janvier 2018 le montant de la couronne céramique coûtera 550 euros. Le prix sera de 530 euros en 2019. Actuellement, les prix peuvent varier de 400 à 1.000 euros selon les régions et le praticien. "Un Français sur cinq renonce à se faire soigner les dents pour des raisons financières", explique Agnès Duperrin. 

Des progrès pour les appareils auditifs. Une association, Audition Solidarité, a eu l'idée de donner une deuxième vie à des appareils auditifs. Les anciennes prothèses auditives peuvent être envoyées à l'association ou déposées chez un des 250 audio-prothésistes partenaires en France. Ils sont nettoyés, taillés et réadaptés sur mesure. Le remboursement à 100% des prothèses auditives est un des objectifs du ministère de la Santé avant la fin du quinquennat. 

La biopsie améliorée ? La biopsie (prélèvement d'une petite partie de tissu pour effectuer des examens, ndlr) ne disparaîtra pas en 2018. Elle pourrait être améliorée avec l'apparition d'un nouvel appareil, l'explorer ultimate, mis au point par une société française. Celui-ci va envoyer des ondes dans le tissu qui lui permettra de voir si la zone observée est dure ou maligne. Le procédé permettra de reporter ou d'éviter une biopsie. "C'est un énorme progrès", commente Agnès Duperrin. 

L'ouverture du premier centre d'immuno-thérapie à Paris. Le but : apprendre au corps à combattre les cellules cancéreuses et avoir un système immunitaire plus fiable. C'est au sein de l'Institut Curie, à Paris, que le premier centre d'immuno-thérapie de France va ouvrir ses portes.