Le top 2010 des meilleurs hôpitaux

  • A
  • A
Le top 2010 des meilleurs hôpitaux
Selon Le Nouvel Observateur, La Pitié-Salpêtrière est le meilleur établissement de santé de France.@ MAXPPP
Partagez sur :

La Pitié-Salpêtrière arrive en tête du classement dévoilé jeudi par Le Nouvel Observateur.

La Pitié Salpêtrière est le meilleur hôpital de France. C’est l’un des principaux enseignements du palmarès 2010 des hôpitaux et cliniques de France dévoilé jeudi par Le Nouvel Observateur, en partenariat avec Europe 1. L’établissement parisien devance deux CHU, celui de Toulouse et celui de Bordeaux. Suivent deux autres institutions parisiennes, l’hôpital Tenon et l’Institut mutualiste Montsouris.

Le public plus fort que le privé

Ce classement, le seul à comparer hôpitaux publics et cliniques privées, a été réalisé à partir des données d’hospitalisation issues du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI). A partir de ces données, l’hebdomadaire a dégagé une dizaine d’indicateurs pour établir son classement, dont le volume d’activité, la durée moyenne de séjour pour un même groupe de malades, ou l’attractivité, la proximité et la notoriété.

Outre le classement proprement dit, ce palmarès fait apparaître la supériorité des établissements publics. Quatre d’entre eux se classent aux quatre premières places, et ils sont cinq aux six premières places. Seul l’Institut mutualiste Montsouris, établissement privé, mais à but non lucratif, s’intercale.

Les CHU tiennent bon

Pour Le Nouvel Observateur, cette situation s’explique par le fait que les cliniques privées "ne sont pas soumises aux servitudes qui font la grandeur du service public : l’accueil de tous les patients et la permanence des soins". L’hebdomadaire évoque par ailleurs les "dépassements d’honoraires", monnaie courante dans les établissements privés. "Le service public mérite toujours la mention spéciale : la plus haute note de solidarité", conclut Le Nouvel Observateur.

Par ailleurs, l’hebdomadaire se félicite de la bonne tenu des Centre hospitaliers universitaires (CHU), qui "forment et emploient la fine fleur de la médecine". Deux CHU apparaissent sur le podium, et ils sont sept dans les trente premiers. "Ils demeurent les vrais piliers d’un système que le monde entier nous envie", estime Le Nouvel Observateur.