"La nouvelle génération de médecins a du mal à gérer le flux de patients"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Jacques Battistoni, président du premier syndicat des médecins généralistes de France, liste les problèmes rencontrés par la profession alors que s'ouvre le congrès des généralistes, jeudi.

INTERVIEW

C'est la problématique numéro un à régler pour les médecins : les déserts médicaux. Autrefois cantonnée à des territoires ruraux, la difficulté de trouver un médecin traitant est présente sur tout le territoire aujourd'hui, même à Paris. "C'est parce que les médecins de la génération du baby-boom vont partir à la retraite presque tous en même temps", indique Jacques Battistoni, médecin généraliste et président de MG France, premier syndicat des médecins généralistes. Selon lui, "la nouvelle génération de médecins généralistes est moins nombreuse et a dû mal à gérer le flux de patients". 

Du personnel pour gagner du temps. Pour faire face à cette demande croissante de soins, faut-il ouvrir, voire éliminer, le fameux numerus clausus pour avoir plus de médecins ? "Ce n'est plus la bonne solution", tranche le président de MG France au micro d'Europe 1 bonjour jeudi alors que s'ouvre le congrès des médecins généralistes. "Les médecins vont mettre dix ans à arriver sur le marché, or le problème se pose aujourd'hui". Contre mauvaise fortune bon cœur, en attendant, les médecins s'organisent. "On essaye de prendre en charge plus de patients, c'est possible si on a les moyens et du personnel". "On a besoin d'assistance, pour gagner du temps", résume le praticien. 

Le coût de la télémédecine. Une autre solution pour pouvoir prendre en charge plus de patients est peut-être la télémédecine, mais là aussi un problème voit le jour : le coût de l'équipement. "Selon l'Assurance maladie, l'équipement revient à 350 euros", indique Jacques Battistoni. "Mais en se rapprochant des fabricants, on se rend compte que cela va être plus élevé". "Même s'il existe un 'forfait structure' pour payer ces nouveaux outils, si le médecin doit investir avant même d'avoir fait le moindre acte de télémédecine, cela va être un frein", pense le président du premier syndicat des médecins généralistes.

Le tiers-payant, perte de temps ? Autre sujet de préoccupation chez les généralistes, celui du tiers payant généralisé. Alors que le gouvernement veut en élargir la cible de manière automatique, se pose le problème des régimes complémentaires. "Ils sont très nombreux, c'est difficile pour nous de vérifier les droits des patients", explique le président de MG France. "On veut gagner du temps, et il faut en gagner aussi sur ces questions". "Si on doit vérifier que le patient a bien payé sa mutuelle, le nom de sa mutuelle et qu'on n'est pas sûr d'être payés, il est évident que les médecins ne vont pas prendre ce dispositif", conclut-il.