Vote des étrangers : la fronde de Mariani

  • A
  • A
Vote des étrangers : la fronde de Mariani
Dans Minute, Thierry Mariani estime que le droit de vote des étrangers est "un calcul cynique pour créer artificiellement de nouveaux bataillons électoraux pour la gauche"@ MaxPPP
Partagez sur :

Le ministre des Transports s’exprime dans Minute, avec en tête des objectifs politiques précis.

Que Thierry Mariani et la Droite populaire annoncent mardi le lancement d’une pétition contre le projet socialiste d’accorder le droit de vote aux étrangers (hors Union européenne) aux élections locales, ce n’est pas une surprise. Les tenants du groupe situé à la droite de l’UMP, dont le ministre des Transports est le cofondateur, avaient évoqué cette possibilité dès le début du mois. Ce qui interpelle plutôt, c’est que l’ancien député du Vaucluse ait choisi l’hebdomadaire Minute, sorti mardi, pour promouvoir ce lancement. Ce choix d’un journal à la lisère de la droite et de l’extrême droite répond pourtant à une stratégie bien définie.

Les électeurs du FN destinataires du message

Dans Minute, Thierry Mariani estime que le droit de vote des étrangers est "un calcul cynique pour créer artificiellement de nouveaux bataillons électoraux pour la gauche, face à un peuple français jugé trop ‘réactionnaire’". Et la durée de séjour n’entre pas en compte, selon lui. "Ces étrangers ont eu une décennie pour devenir français, mais n'en ont pas saisi l'opportunité. C'est donc un choix délibéré - qu'il faut respecter - ou une incapacité, parce que la nationalité leur a été refusée. Dans tous les cas, je ne vois pas pourquoi ils bénéficieraient des privilèges des citoyens français", assène encore Thierry Mariani. 

La publication choisie laisse peu de place au doute. "Accorder une interview, c'est donner un gage de légitimité à un journal comme Minute. C’est un message très clairement envoyé à l’électorat susceptible de voter Front national", analyse pour Europe1.fr le spécialiste de l’extrême droite Stéphane Crépon, du laboratoire Sophiapol. "Minute est un journal qui est peu lu, mais toute la stratégie consiste à très bien savoir que ça va être repris dans la presse, que les gens vont en parler. Pour montrer qu’il n’y a pas de tabou au sein de la droite de gouvernement vis-à-vis des thématiques du Front national." 

Comme ses collègues de la Droite populaire, Thierry Mariani assume cette stratégie. Le ministre répète dans Minute que certaines valeurs n’étaient pas l’apanage de l’extrême droite. "Le patriotisme n'est pas une marque déposée du Front national. J'ai fait passer un nombre incalculable d'amendements durant ma vie parlementaire, dont beaucoup étaient liés au respect des valeurs patriotiques, à la maîtrise des flux migratoires", revendique le ministre des Transports dans l’hebdomadaire, qui avait appelé à votre pour Jean-Marie Le Pen en 2007.

Occuper l’espace médiatique

Par cette sortie, Thierry Mariani roule également pour sa formation, la Droite populaire. Alors que le collectif d’une quarantaine de députés UMP existe depuis plus d’un an, ses leaders souhaitent passer à la vitesse supérieure. D’autant qu’au sein même du parti présidentiel, les "Humanistes de l’UMP" se sont récemment constitués pour faire contrepoids à un courant jugé trop radical par beaucoup. A la fin du mois de septembre, les leaders de la Droite populaire ont ainsi annoncé la possibilité d’adhérer au courant d’idées, afin de muscler sa base. Surtout, ils ont formulé 12 propositions en forme de programme pour 2012. 

Et pour attirer les foules, le moyen reste le même : occuper l’espace médiatique. L’annonce de la pétition sur le droit de vote des étrangers s’inscrit ainsi dans la continuité d’une série de propos tonitruants sortis de la bouche de ses leaders, tels que Lionnel Luca, Richard Maillé, Jacques Myard, Thierry Mariani lui-même, ou encore Philippe Meunier, qui avait convoqué cet été un "apéritif saucisson-vin rouge pour fêter dignement la fête nationale". 

La Droite populaire a aussi mis sur la table des sujets tels que l’interdiction de la binationalité, l’abaissement de l’âge de la majorité pénale, la suppression des remises de peine ou encore le fichage des allocataires sociaux. Nul doute qu’en abordant un sujet aussi clivant que le vote des étrangers, Thierry Mariani souhaite à nouveau occuper le terrain médiatique.

Un socle d’irréductibles

En lançant sa pétition, la Droite populaire espère enfin remplir un double objectif. D’abord, le nombre de signataires permettra d’évaluer le poids du mouvement et, en cas de succès, de lui apporter un argument dans son actuel rapport de force avec les autres courants de l’UMP. Par ailleurs, dans les coulisses, les membres du collectif parlementaire admettent qu’une telle pétition peut leur permettre de se constituer, à toutes fins utiles, un fichier politique d’irréductibles. Un fichier qui pourra servir si d’aventure le courant décidait dans les mois à venir de revoir ses ambitions à la hausse.