Vers un gel du prix de l'essence ?

  • A
  • A
Vers un gel du prix de l'essence ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ségolène Royal et François Hollande souhaitent un blocage temporaire.

C’est un record historique dont se serait bien passé la France en pleine tourmente économique. Vendredi, les prix de l’essence ont franchi un nouveau palier à 1,5563 euro (SP95) et 1,5954€ (SP98).

Un record qui nécessite une pleine mobilisation du gouvernement, selon Ségolène Royal. "Il faut que le gouvernement contrôle les entreprises pétrolières pour savoir si elles n'ont pas trop répercuté la hausse du prix du brut sur les prix. Je suis pour un blocage du prix de l'essence", a déclaré mercredi soir la présidente socialiste de la région Poitou-Charente.

"Discuter avec les distributeurs d'essence"

Elle a été rejointe jeudi dans cette réflexion par François Hollande, le candidat socialiste à l'élection présidentielle. "Il faut avoir une discussion avec les distributeurs d'essence, il n'est pas possible d'avoir une montée du prix telle qu'elle est aujourd'hui".

Il faut "un blocage temporaire du prix de l'essence lorsqu'il y a une répercussion très rapide de la hausse et une absence de répercussion de la baisse", a-t-il souligné.

Hollande veut le retour de la TIPP flottante

Le candidat est également favorable au retour de la TIPP flottante, la taxe intérieur de consommation pour les produits pétroliers. Instaurée en 2000 sous Jospin, cette taxe "flottante" avait rapidement été abandonnée deux ans plus tard.

Son principe est de baisser les taxes lorsque le pétrole est cher pour limiter les hausses, et les augmenter lorsque le prix du pétrole baisse.

"Aujourd'hui, à travers la hausse du prix de l'essence, l'Etat a des recettes qui augmentent: est ce qu'il est acceptable (...) qu'au travers de la TVA l'Etat gagne des recettes sur les consommateurs qui n'ont pas d'autres moyens que d'utiliser leur voiture pour aller au travail ?", a interrogé François Hollande.

La TIPP représente l'une des plus importantes sources de revenus pour l'Etat, avec la TVA, la CSG et l'impôt sur le revenu. En 2005, elle représentait 20 milliards d'euros.