Valls tente de rassurer à tout va

  • A
  • A
Valls tente de rassurer à tout va
@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre multiplie les déclarations à destination des Français et des touristes à une semaine de l’Euro. 

Méthode Coué ou conviction profonde ? A une semaine du début de l’Euro en France, Manuel Valls se veut en tout cas résolument optimiste. Alors que la tension sociale reste extraordinairement élevée, le Premier ministre martèle son message : juré, ce n’est pas le chaos, tout va bien. Qu’importe si les grèves se poursuivent, qu’importe si la météo s’en mêle. A sept jours d’un rendez-vous sportif que l’Elysée et le gouvernement attendent avec impatience, il convient de convaincre que tout va bien.

Aux touristes : "Tout le monde pourra venir."  Premiers destinataires du message rassurant du Premier ministre, les voisins européens de la France. Pour l’Euro, l’Hexagone doit accueillir 7 millions de supporters venus de tout le continent, et hors de question pour Manuel Valls de priver le pays de cette manne touristique et économique. Alors jeudi, le chef du gouvernement a accordé un entretien à plusieurs quotidiens du Vieux continent. "Non, ce n’est pas le chaos !", a-t-il asséné. "Ne vous inquiétez pas, tout va bien en France. Parfois, quand je lis la presse internationale, j’ai l’impression de ne pas vivre dans le même pays", a assuré le Premier ministre.

Quant aux supporters, ils restent les bienvenues. "Tout le monde pourra venir. En voiture, en avion et j’espère en train. Il y aura du carburant dans les stations-service. Les pilotes d’Air France ont pris des engagements. Quant à la SNCF, j’espère d’ici lundi faire comprendre qu’on peut avoir un bon accord", a affirmé Manuel Valls. Le Premier ministre a enfin répété que la sécurité des fan-zones serait assurée, et que ces espaces dédiés aux supporters seraient bel et bien maintenus. Dans le cas contraire, "ce serait céder au terrorisme", a-t-il conclu.

Aux Français : "Non, la France n’est pas bloquée".  Même message, mais destiné à un public différent vendredi. Cette fois, le Premier ministre s’adresse aux Français via des quotidiens régionaux. Manuel Valls a en effet accordé une interview aux titres du groupe Ebra, regroupant notamment l’Est Républicain, les Dernières nouvelles d’Alsace, le Bien public, le Dauphiné Libéré ou encore le Progrès. "Non la France n’est pas bloquée", lance-t-il d’emblée, avant de faire part de la détermination du gouvernement. "Qu’il y ait des manifestations, de la contestation, c’est indéniable, mais nous sommes résolus à lever partout tout type de blocages qui rendent le quotidien des Français plus difficile ", assure-t-il.

Et comme il s’adresse à des lecteurs français, le Premier ministre remet un coup de pression sur les syndicats qui veulent poursuivre leur mouvement. "À la SNCF et dans le transport ferroviaire, les partenaires sociaux ont sur la table un projet qui garantit un haut niveau de protection des salariés. La poursuite des grèves dans ce contexte n’est pas compréhensible", juge-t-il. "Dans ce moment-là, si nous cédions à un syndicat minoritaire, la CGT, dont je respecte pourtant les combats et la longue histoire, alors il ne serait plus possible de réformer la France", prévient-il enfin.

Un message de fermeté que le Premier ministre martèle à l’envi depuis de longues semaines.  Mais désormais, ce message est accompagné d’un autre. Après le "ça va mieux" de François Hollande, place au "tout va bien" de Manuel Valls.