UMP : Juppé n'est finalement pas opposé aux "Républicains"

  • A
  • A
UMP : Juppé n'est finalement pas opposé aux "Républicains"
@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Partagez sur :

RÉTROPÉDALAGE - Dans un billet de blog, Alain Juppé a expliqué qu'il n'avait "pas d'objection" sur le nouveau nom de l'UMP, "Les Républicains".  

"Nous n'avons pas vocation à monopoliser le mot de républicains", expliquait Alain Juppé il y a encore dix jours. Visiblement, le candidat à la primaire de la droite pour 2017 a changé d'avis. Dans un billet de blog, le maire de Bordeaux a affirmé dimanche n'avoir "pas d'objection" au nouveau nom proposé par Nicolas Sarkozy pour l'UMP, "Les Républicains". Le futur nom sera soumis mardi au bureau politique de l'UMP puis fin mai au vote des adhérents.

Juppé et Sarkozy sont tombés d'accord. "J'en ai parlé longuement au téléphone avec Nicolas Sarkozy il y a quelques jours", raconte Alain Juppé sur son blog. "Trois points méritaient clarification. Tout d'abord, le changement de nom du parti. J'en comprends le besoin. Le nouveau nom qui devrait être proposé, "Les Républicains", ne soulève pas d'objection de ma part", affirme-t-il. Mais comme "certains l'ont critiqué", "il me paraît de bonne méthode de soumettre le choix à un vote spécifique des militants, comme cela avait été le cas en 2002 lors de la fondation de l'UMP. Nicolas Sarkozy en est d'accord. C'est bien".

"Sarkozy souhaite se poser en rassembleur". Le point suivant concerne "la réforme des statuts". Pour Alain Juppé, l'élection des présidents départementaux au suffrage universel des adhérents de chaque département, comme stipulé par les nouveaux statuts, est "une avancée démocratique". Le candidat à la primaire se félicite également que la nomination du secrétaire départemental, "qui est en fait celui qui fait fonctionner la machine", soit ratifiée par le bureau politique, comme Nicolas Sarkozy l'a proposé. Enfin, concernant la constitution du bureau politique (sorte de gouvernement du parti), "deux hypothèses" se présentent : "plusieurs listes en compétition soumises au congrès des militants ou un liste de large rassemblement", estime l'Ancien Premier ministre. "Nicolas Sarkozy souhaite se poser en rassembleur. C'est son intérêt. C'est aussi celui du parti, notamment pour mieux préparer les prochaines élections régionales. C'est également, on le sait, ma démarche". 

>> LIRE AUSSI - UMP : Sarkozy organisera un vote pour le futur nom

>> LIRE AUSSI - "Les Républicains" : Sarkozy en plein déminage à l'UMP

>> LIRE AUSSI - Changer le nom de l'UMP, combien ça coûte ?