SNCF : ce que va annoncer le Premier ministre aux syndicats

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les syndicats de cheminots sont de retour à Matignon vendredi matin pour discuter avec le Premier ministre de la reprise de la dette de la SNCF par l'État. Des précisions sont attendues sur le montant.

Le rendez-vous a été fixé à 8 heures. Vendredi matin, les syndicats de cheminots sont reçus à Matignon, où le Premier ministre Édouard Philippe va leur annoncer deux chiffres : à combien va s'élever la reprise de la dette, et le montant des investissements de l'État pour la SNCF.

"On va mettre plus d'argent que jamais". Dans le premier cas, ce devrait être entre 30 et 35 milliards d'euros, sur un total de 50 milliards d'euros de dettes, comme l'a annoncé le rapporteur du texte Jean-Baptiste Djebbari. Pour le second, Guillaume Pépy et Elisabeth Borne évoquent souvent un investissement de 10 millions d'euros par jour sur cinq ans. Selon nos informations, ce sera plus. "On va mettre plus d'argent qu'on en a jamais mis sur le rail", commente l'un des plus proches conseillers d'Édouard Philippe. Vendredi matin, le Premier ministre doit aussi annoncer que les crédits n'iront pas sur le TGV, mais sur les lignes du quotidien.


Une stratégie de communication. Le gouvernement pourrait donc voir large, en espérant amener doucement les syndicats vers une sortie du conflit. Un proche du Premier ministre explique : "On va dire aux Français : 'Cette réforme est pour vous'. Et les syndicats devraient rationnellement être rassurés". En clair : "la grève n'a plus lieu d'être". Matignon anticipe toutefois une part d'irrationnel. "C'est difficile pour les syndicats de cheminots d'arrêter le conflit même s'il n'y a plus aucune raison objective, parce qu'ils doivent penser à leur base. Même les plus réformistes auront besoin de temps pour expliquer qu'ils ont malgré tout obtenu des choses", avance un conseiller.

"Les cheminots ont prouvé à de nombreuses reprises qu'ils sont déterminés". Matignon ne mise donc pas sur un appel à l'arrêt de la grève dès vendredi, ni la semaine prochaine, mais espère qu'une fois la loi définitivement votée en juin, le conflit s'étiolera jusqu'à l'arrêt complet. Mais les syndicats demeurent prudents. "Le gouvernement peut parfaitement faire le choix du pourrissement du conflit. Les cheminots ont prouvé à de nombreuses reprises qu’ils sont déterminés à continuer la grève donc, malheureusement, si le gouvernement fait traîner le dossier, on repartira pour deux, trois, quatre semaines, ou plus si besoin", avertit Laurent Brun, le patron de la CGT-Cheminots.