Second tour des législatives : Mounir Mahjoubi élu député de Paris

  • A
  • A
Second tour des législatives : Mounir Mahjoubi élu député de Paris
Mounir Mahjoubi l'a emporté d'une courte tête, dimanche. @ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Après avoir éliminé Jean-Christophe Cambadélis au premier tour, le secrétaire d'Etat au numérique l'a emporté d'une courte tête face à la candidate de la France insoumise, dimanche soir. 

LES RESULTATS

Le benjamin du gouvernement ne sera pas contraint à la démission. Mounir Mahjoubi, 33 ans, a été élu député de la 16ème circonscription de Paris, dimanche soir au deuxième tour des élections législatives

Le résultat. Le secrétaire d'Etat au numérique s'adjuge 51,18% des voix devant la candidate de la France insoumise Sarah Legrain (48,82%). Au premier tour, il avait éliminé le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, député de cette circonscription depuis 1988 et arrivé seulement en quatrième position. 

Une rapide ascension. Pari réussi, donc, pour cet inconnu du grand public avant sa nomination au gouvernement, dont la suppléante Delphine O siégera à l'Assemblée. Mounir Mahjoubi, qui avait rejoint Emmanuel Macron en janvier pour diriger sa campagne numérique, n'est pourtant pas un novice en politique : adhérent au PS de 2002 à 2015, il a aidé à concevoir la "Ségosphère" de Ségolène Royal, puis contribué à la campagne numérique de François Hollande en 2012, qui le nomme en 2016 président du Conseil national du numérique. "Geek" autodidacte, féru d'informatique depuis l'enfance, il est diplômé de Sciences-Po et titulaire d'une maîtrise de droit à la Sorbonne, et a cofondé la startup "La ruche qui dit oui".

"Une circonscription très dure". "Avec quelques centaines de voix d'avance, je suis élu dans la seizième circonscription dans le XIXème", a sobrement déclaré le nouveau député, ajoutant qu'il s'agissait "d'une circonscription très dure, parce que les candidats étaient nouveaux, Jean-Christophe Cambadélis n'a pas été qualifié au second tour, tout était à recomposer." Interrogé sur sur son maintien à son poste de secrétaire d'Etat, il a répondu que c'était "la décision du Premier ministre et elle sera prise dans les prochaines heures, prochains jours".