Sarkozy : Macron doit "proposer un nouveau traité" à l'Union européenne

  • A
  • A
Sarkozy : Macron doit "proposer un nouveau traité" à l'Union européenne
Nicolas Sarkozy conseille Emmanuel Macron dans une interview.@ Valery HACHE / AFP
Partagez sur :

L'ancien président de la République a distillé quelques conseils à Emmanuel Macron, l'invitant à se poser en "grand Européen" et à agir "tout de suite".

L'ancien président Nicolas Sarkozy estime qu'Emmanuel Macron doit "proposer un nouveau traité" à l'Union européenne, dans un entretien accordé à Émile, le magazine de Sciences-Po, dans lequel il explique avoir "sans doute" eu "trop de pouvoir trop jeune".

Agir "tout de suite !". "Tout d'abord, le président français doit être un grand Européen. Il faut proposer un nouveau traité. C'est vraiment très important", estime Nicolas Sarkozy. "Ensuite, le calendrier du président de la République est simple : c'est tout de suite ! Tout ce que vous ne faites pas en juillet, vous ne le ferez pas en septembre, et tout ce que vous ne faites pas en septembre, vous ne le ferez pas en décembre. Voilà pourquoi le calendrier n'attend pas. C'est notamment vrai pour la baisse des impôts", poursuit l'ancien président.

"Troisièmement, la question de la réforme de la justice. La justice est un pouvoir indépendant", ajoute l'ancien président de la République. "Enfin, les destins de l'Europe et de l'Afrique sont liés. L'Afrique va passer d'un milliard d'habitants à 2,3 milliards d'habitants d'ici à 30 ans. Comment maîtrise-t-on les flux migratoires ? C'est aussi une question importante pour l'avenir", développe Nicolas Sarkozy.

Des similitudes avec Macron. "Sans transgression, sans rupture des habitudes, sans pensées libres, il n'y a pas de progrès (...) Macron y est arrivé, c'est vrai, et ce n'est pas si facile", répond par ailleurs l'ancien chef de l'État, interrogé sur de possibles similitudes entre lui et l'actuel locataire de l'Élysée. "J'ai été ministre très jeune (38 ans, ndlr). J'ai eu sans doute trop de pouvoir trop jeune. Je pense qu'il faut en effet de l'expérience", dit encore Nicolas Sarkozy, qui s'exprime en cette rentrée après François Hollande, François Bayrou ou encore Alain Juppé.