Sarkozy et les Gaulois : Bayrou dénonce "une stratégie parallèle à celle de Trump"

  • A
  • A
Sarkozy et les Gaulois : Bayrou dénonce "une stratégie parallèle à celle de Trump"
Nicolas Sarkozy "veut faire naître une polémique parce qu'il pense que la polémique apporte des voix", a accusé François Bayrou.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

Le président du MoDem et maire de Pau a critiqué les récents propos polémiques de Nicolas Sarkozy, comparant ce dernier à Donald Trump.

Le président du MoDem, François Bayrou, a critiqué mercredi la dernière sortie de Nicolas Sarkozy pour qui, "dès que vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois", dénonçant une "stratégie parallèle à celle de (Donald) Trump".

Plus "crédible" que Trump. "Nicolas Sarkozy a choisi une stratégie qui est exactement parallèle à celle de Trump et il le fait avec plus de crédibilité que Trump (candidat républicain à la Maison-Blanche ndlr)", a-t-il fustigé lors de l'émission "Questions d'info" LCP/Le Monde/AFP/France Info. Les propos de Nicolas Sarkozy, pour qui "dès que vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois", ont suscité de vives critiques à gauche comme à droite.

"Il trouve dans la polémique un carburant électoral". "Il veut faire naître une polémique parce qu'il pense que la polémique apporte des voix (...) Il trouve dans la polémique un carburant électoral !", a dénoncé François Bayrou. "Est-ce que vous imaginez qu'il y a un seul Français aujourd'hui dans les difficultés qui sont les difficultés de la vie de tous les jours (...) qui se lève tous les matins en se disant 'il faut que j'affirme que mes ancêtres sont gaulois'", a ironisé le maire de Pau.

"1.000% sincère" dans son soutien à Juppé. Le président du MoDem s'est dit également dit "à 1.000% sincère" dans son soutien à la candidature d'Alain Juppé en vue de la présidentielle de 2017, ajoutant qu'il tenterait de "faire valoir (s)es idées" auprès de lui. "Je ne suis pas ambigu. Je dis sans la moindre zone grise que si ce candidat de rassemblement qu'est Alain Juppé est choisi par son camp ou par cette compétition, je le soutiendrai", a-t-il ajouté. François Bayrou n'a par ailleurs pas hésité à critiquer le système des primaires le jugeant "risqué" et "dangereux": "C'est une centrifugeuse et ça favorise les gens les plus transgressifs et agressifs."