Sarkozy et le FN, "un plan lose-lose"

  • A
  • A
Sarkozy et le FN, "un plan lose-lose"
La stratégie de séduction des électeurs du Front national semble se retourner contre Nicolas Sarkozy.@ MAX PPP
Partagez sur :

Décryptage - Un sondage montre que les Français voient le chef de l’Etat se rapprocher du FN.

Pour une large majorité de Français, l’écart entre la majorité présidentielle et le Front national sur les questions de sécurité et d’immigration s’amenuise. Selon un sondage BVA pour Canal Plus, 66 % des personnes interrogées estiment qu’en la matière, les positions récentes du gouvernement se rapprochent de celle du FN. Le discours de Grenoble, le virage sécuritaire, les expulsions de Roms… Tout cela a laissé des traces. Gaël Slimane, directeur adjoint de BVA, analyse pour Europe1.fr les résultats de ce sondage.

"Un effet ciseaux embêtant"

Mauvaise nouvelle pour Sarkozy ? "Les gens voient la ficelle, perçoivent cette stratégie délibérée de courir après l’électorat du FN. Et ils estiment que c’est bien le gouvernement qui imite le Front national sur ces thèmes, ce qui est forcément une mauvaise chose", juge Gaël Slimane.

Un double-effet négatif. La même étude montre que 42% des Français estiment que le FN doit être considéré comme un parti comme les autres. Un chiffre en nette hausse. Parallèlement, 81% ne veulent pas entendre parler de ministres frontistes au gouvernement. "C’est un effet ciseaux un peu embêtant", analyse encore Gaël Slimane. "Ça tend à signifier que Nicolas Sarkozy banalise le FN, le rend moins dangereux. Et en même temps, le FN ne peut pas être pour lui ce qu’est le PC pour le PS dans le cadre d’une majorité plurielle. On connaît les plans win-win, là pour le coup c’est plutôt un plan lose-lose."

Le centre-droit à la rescousse ?

Quelles différences par rapport à 2007 ? La stratégie, pourtant, s’était avérée payante en 2007. "Mais à l’époque, Nicolas Sarkozy était dans la rupture, il avait réussi à se présenter comme quelqu’un de neuf. En matière de solutions sécuritaires, il donnait l’impression d’être très radical, très dur, mais que c’était ses idées à lui. On ne lui faisait pas le procès de vouloir imiter le Front national, et certainement pas les sympathisants de droite", rappelle Gaël Slimane. "Aujourd’hui, un tiers de ces sympathisants, la frange la plus centriste, perçoit cette stratégie de séduction et pourrait être tenté de s’éloigner de lui."

Qui de 2012 ? "Quand ça se voit à ce point et quand en plus on est sortant, c’est difficile. Et Nicolas Sarkozy va être confronté aux attaques très dures de Marine Le Pen sur cet électorat conservateur", estime le directeur adjoint de BVA, qui voit tout de même une porte de sortie pour le président. "Nicolas Sarkozy a vraiment intérêt à pousser une candidature de centre-droit alliée. Sinon, la part d’électorat qu’il risque de perdre définitivement risque d’être très importante. Tant qu’il n’a pas quelqu’un, Jean-Louis Borloo par exemple, pour venir l’épauler et lui récupérer au second tour ces électeurs déboussolés, c’est un jeu très dangereux."