Richard Ferrand quitte le gouvernement pour prendre la présidence du groupe REM à l'Assemblée nationale

  • A
  • A
Richard Ferrand quitte le gouvernement pour prendre la présidence du groupe REM à l'Assemblée nationale
@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Selon les informations d'Europe 1, le ministre de la Cohésion des territoires sort d'un entretien avec Emmanuel Macron, qui lui a proposé de prendre la tête du groupe REM à l'Assemblée nationale. 

INFO EUROPE 1

Lundi, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner avait évoqué un simple "remaniement technique". Cela ira finalement un peu plus loin : Richard Ferrand va quitter le gouvernement pour devenir le chef de file des députés de la majorité à l'Assemblée nationale. Selon les informations d'Europe 1, le ministre de la Cohésion des territoires a eu un entretien lundi après-midi avec Emmanuel Macron, qui lui a proposé de prendre la tête du groupe REM au Palais-Bourbon. Richard Ferrand a accepté cette mission et quittera donc le gouvernement d'Edouard Philippe. 

"Une semi-sanction par une promotion". "Cela prouve qu'ils ont enfin compris, ils ne pouvaient pas garder un ministre qui était tellement sous les projecteurs pour les affaires qu'il ne pouvait pas sortir d'une réunion autrement que par la petite porte", analyse sur Europe 1 notre éditorialiste Olivier Duhamel. "C'est une semi-sanction par promotion. C'est important d'être président de groupe, c'est lui qui va peser, qui va faire office de surveillant général. Mais ce n'est pas du tout la même importance qu'un poste de ministre", poursuit le politologue. 



Le député de Finistère, confortablement réélu dimanche soir (56,53%), est déstabilisé depuis plusieurs semaines par des révélations sur un montage financier remontant à l'époque où il dirigeait Les Mutuelles de Bretagne. Le parquet de Brest a ouvert une enquête préliminaire visant ces anciennes activités mais le Premier ministre, Edouard Philippe, avait jusqu'à présent exclu son départ, estimant qu'un ministre ne pouvait être poussé vers la sortie qu'en cas de mise en examen.

"Le candidat idéal". "Le président voulait que Richard Ferrand prenne la tête du groupe car c'est un homme de confiance et d'efficacité", a déclaré l'entourage de Richard Ferrand à l'AFP. "Logiquement, il voulait qu'il soit à la tête du groupe le plus large de la Ve République", a ajouté l'entourage du ministre. Lors de leur entretien, Emmanuel Macron a affirmé que "Richard Ferrand était pour lui ce que Pierre Joxe (président du groupe PS à l'Assemblée de 1981 à 1984, ndlr) était à François Mitterrand", a-t-on poursuivi de même source.

"C'est un signe de confiance. C'est un boulot compliqué, il fallait quelqu'un qui connaisse à la fois les rouages de l'Assemblée et le groupe En marche!. C'est donc le candidat idéal", renchérit Hervé Berville, député REM des Côtes d'Armor, invité d'Europe Soir.



"Il n'y a pas d'affaire Richard Ferrand. Au cours des réunions publiques pendant toute ma campagne, cette question n'a été abordée qu'une seule fois. Il garde toute ma confiance et je suis sincèrement heureux qu'il nous rejoigne en tant que président du groupe", poursuit le nouvel élu. 

Jusqu'à mercredi 18h pour former un nouveau gouvernement 

Le Premier ministre Edouard Philippe était par ailleurs avec le président de la République lundi soir, pour discuter de la composition de sa future équipe. Tradition oblige, il a remis sa démission à Emmanuel Macron, qui l'a acceptée. Le chef de l'Etat a ensuite décidé de le reconduire et de le charger de former un nouveau gouvernement. Edouard Philippe a jusqu'à mercredi 18h pour le composer.